Immatriculation des véhicules

 Nouvelles plaques en 2009


 

Pendant plusieurs mois, quelques élus de différents bords ont fait campagne pour que le numéro du département soit conservé sur les nouvelles plaques. La pression de ce « lobby départemental » a entraîné des discussions assez longues et vraisemblablement difficiles. Certains auraient voulu que le numéro du département non seulement soit conservé mais soit de taille égale à l'immatriculation elle-même, ce qui aurait pu poser des problèmes pour l'identification des véhicules, notamment à distance.

Autre aberration : le numéro du département aurait été plus important que le F de France !

Une solution, déjà envisagée par le projet initial, a été retenue, à une nuance près, mais de taille.

En définitive

Dans un communiqué du 29 octobre 2008, le ministre de l'Intérieur, Mme Michèle Alliot-Marie, a précisé que la nouvelle plaque fera obligatoirement apparaître, sur sa partie droite et sur un fond bleu, un identifiant territorial composé d'un numéro de département et du logo de la région correspondante.

Initialement, cela était déjà possible ( en témoigne la reproduction ci-dessous que nous avons publiée voilà plusieurs semaines ), et non pas imposé, donnant à chacun toute liberté pour en décider. Désormais, ce sera impératif, ce qui ne réjouira pas forcément tout le monde.

Puisque numéro du département il y aura, la solution adoptée est la plus logique : ce numéro sera au choix du propriétaire du véhicule. Le contraire reviendrait en pratique à annuler la réforme indispensable.

Beau résultat découlant de l'action des « immatriculo-départementalistes » : habitant Simiane, nous pourrons donc choisir le 60 (Somme), le 45 (Loiret), ou tout autre numéro, avec le logo de la région correspondante. Quelle en sera alors la signification, la valeur ?

Les départements n'ont-ils pas fait leur temps ?
Et ils nous coûtent cher

Combien coûte le conseil général, avec son roitelet, son palais, les frais d'entretien et de fonctionnement, les indemnités versées aux élus, leurs frais pris en charge, les frais de personnel, les frais de réception, les frais de publicité, etc. ?

C'est simple : voyez vos impôts !

Les départements ont été très utiles mais, avec les régions créées par les lois de décentralisation de Gaston Deferre, l'existence efficace des communautés de communes, les responsabilités des départements pourraient être aisément transférées à ces collectivités.
 

Evidemment, cela supprimerait des sièges. On s'explique la solidarité de certains de nos élus... Quant aux sondages qui démontrent l'attachement, sentimental, naturel, d'une majorité ( loin de la totalité ), des Français à leur département, leurs questions ont-elles mis en valeur les enjeux et les atouts de la réforme ?

L'action des « immatriculo-départementalistes » est un combat probablement d'arrière-garde car, dans un état moderne, les départements finiront bien par disparaître, qu'on le regrette ou non. Une action qui paraît à beaucoup de citoyens dérisoire. Il y a de nos jours des problèmes beaucoup plus importants, d'un autre niveau, qui nous concernent tous.
 

La suppression des départements permettra

- aux contribuables d'être moins imposés,
- dans les régions une meilleure coordination pour la politique sociale, la construction des   établissements scolaires, l'aménagement du territoire (routes, etc. ),
- des économies substantielles pour de plus larges réalisations, mieux pensées,
- un meilleur service de l'intérêt de nos régions et de leur population en Europe, pour leur   donner une autre puissance, comme l'ont compris depuis longtemps les régions   allemandes,   espagnoles, par exemple...
.

Modifié et complété le 2 novembre 2008  

 


A compter du 1er janvier 2009, les véhicules neufs recevront un nouveau numéro d'immatriculation (à partir du 1er mars 2009 pour les véhicules d'occasion lors d'un changement de propriétaire, d'adresse, ou lors de toute autre modification affectant la carte grise).

Le dispositif de numérotation actuel est obsolète. Il date de 1950 et viendra à expiration d'ici une dizaine d'années, notamment à Paris. Pour anticiper, le ministère de l'Intérieur, en liaison avec le ministère chargé des Transports et la profession automobile, a engagé dès 2001 une réflexion sur le remplacement de ce système d'immatriculation en vigueur par un autre plus durable, plus sûr, plus performant, adapté au développement de l'administration électronique.

          

Consultez la fiche de documentation .

 
A côté de la plaque ou... l'os à ronger ?

Quelques élus de droite et de gauche mènent campagne contre la nouvelle numérotation et la disparition du numéro départemental. Ce qui est faux puisque l'on aura la possibilité de l'intégrer sur la plaque, de même d'ailleurs que le sigle de la région, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Ils vont même jusqu'à présenter un projet de plaque où le numéro du département apparaîtrait à droite en très gros caractères.

Beaucoup plus gros que le F de France ! C'est franchement ridicule ! Tout ce qui est excessif est insignifiant, disait Talleyrand.

On joue sur la corde sensible en faisant appel au «nationalisme» départemental. C'est dérisoire alors qu'il y a tellement d'autres questions plus importantes, plus urgentes !

Comme la nécessaire restriction dans le cumul des mandats. Car si des progrès ont été réalisés dans ce domaine, il faudrait encore tenir compte du niveau des différents mandats. Les citoyens pourraient faire des économies en payant ainsi moins d'impôts utilisés en partie pour rémunérer les élus.

Faut-il croire que ces élus n'ont rien d'autre pour s'occuper ?

Craindraient-ils la disparition des départements et donc, pour un certain nombre, la suppression d'un poste que, souvent, ils cumulent ?

Et cependant, au niveau des départements, que d'économies, en effet, ne pourrait-on pas réaliser à l'heure où l'on devrait réunir les forces pour rester compétitifs, dans tous les domaines, comme les aménagements ou la recherche, entre autres !

Ne trouvez-vous pas absurde d'accumuler ainsi autant d'instances que la commune, la communauté urbaine, le département, la région ?

Ce qui veut dire : plus d'élus, plus de fonctionnaires territoriaux, plus de locaux (voire de palais), plus de frais de mission, plus de réceptions, plus de frais de fonctionnement, plus de publicité et d'imprimés inutiles et, naturellement beaucoup plus d'impôts, avec des augmentations faramineuses, n'est-ce pas MM. Vauzelle et Guérini ? qui contribuent à réduire notre pouvoir d'achat !

Pendant ce temps, combien d'années a-t-il fallu attendre pour que des travaux soient entrepris sur le CD 59 et le CD 8, alors que l'on sait très bien qu'il y a, notamment, un urgent besoin de sécurité.

Quand on pense qu'à hauteur de Chave, des Frênes en particulier, le département n'a même pas été capable de mettre en place les passages protégés depuis longtemps réclamés pour la sécurité des piétons ! Les travaux de grande ampleur prévus n'empêchaient pas de les matérialiser en attendant !

Alors, à côté de la plaque ou os à ronger ?


Z'on qu'a foutre un autocollant

A propos des plaques, témoignage d'une parente de l'un de nous :

Résidant à Lyon mais ayant acheté une voiture d'occasion immatriculée 13 à une personne de ma famille, je n'ai cessé de me faire insulter tant que je n'ai pas fait modifier mon numéro.

Et ce type de réactions extraites d'un forum (orthographe garantie d'origine) :

- Lyonnais, au moins je me ferais plus fracasser ma bagnole les soirs de matchs contre ces () Stéphanois.

- Faux débat mené de main de maitres par nos politiciens...

- On s'en fou, les gens gueules pour un rien de nos jours et puis ils devrait penser au économie avec le prix des plaques quand on achète une voiture.

- Sur la Promenade des Anglais (06)... j'ai compté les voitures aux vitres cassées: une dizaine. Aucune n'était immatriculé dans les Alpes-Maritimes. Je suis pour ouvrir l'horizon.

- Z'on qu'a foutre un autocollant du departement...


Retour en haut de page