Simiane-Collongue Aujourd'hui pour demain
 Les mots éventuellement surlignés  figurent dans l'Index
 
 
 Passé vivant

 
  
C'est l'âme de Simiane que nous voulons conserver.

Dans cette rubrique, nous vous parlons des lieux, des gens, du patrimoine, avec des entretiens, des récits.

Déroulez le passé...

  
 
 

  LETTRES
  de ma ferme
 
- Un trafic qui faisait    un tabac (1)
- Devinaïre de tems (2)
- Lou maridatge en    Provenca (3)
- Autour
   de la naissance (4)

- Le droguier (5)

 

 

 

 

Lettres de ma ferme (2)

 

Devinaïre de tems

L'observation de la lune, des étoiles, des nuages...


 

Il y a bien longtemps, certains de nos bergers et paysans étaient joliment reconnus comme des " Devineurs " de temps. De nos jours, cette aptitude est devenue un métier, pratiqué sans aucune poésie par des «prévisionnistes».

 

Depuis des temps immémoriaux, une des grandes préoccupations des gens vivant de la terre, fut la prévision du temps, aux différentes époques de l'année, prévision à court et long terme. Sans aucun des moyens actuels, nos bergers et paysans tiraient de l'observation de la lune, des étoiles, des nuages et des vents, outre ces prévisions, des indications plus ou moins justes sur les récoltes à venir.

 

Ces observations, souvent influencées par la transmission de vieilles croyances étaient illustrées par de nombreux dictons encore énoncés de nos jours.

 

En hiver, lorsque les étoiles paraissent à l'observateur plus près et plus scintillantes, ces Fouerteis estello, les fortes étoiles, laissaient présager des lendemains très froids. Un hiver rigoureux est la promesse d'un bel été :

 

Hiver au fue, estieu au jue
Hiver au feu, été au jeu
.

 

Janvier doit être froid et sec ; pluvieux il est présage de cherté de vie et, brumeux, de maladies pour la végétation à venir.

 

Février, mars annoncent en principe la fin des grands froids et l'arrivée souhaitée des premières pluies :

 

Plueia à la terro vau fumie,
La pluie vaut fumier.

 

Vau mies un loup dins un troupéu que fébrié trop beu.

 

Mars est le mois des bourrasques : sans trop de conséquences si février a été rude, nuisibles à la floraison si celle-ci est hâtive

 

Di flour que mars vei, pau de fru se manjo
Des fleurs que voit mars, peu de fruit se mangent.

 

Avril et mai. Passée la menace des «quatre Saints de glace», les pluies de printemps assurent les récoltes de l'année :

 

Lou ben e lou mau de l'an vénon d'abrièu
Le bien et le mal de l'année viennent d'avril.

 

Juin, juillet ne posent pas trop de problèmes sauf s'il pleut le 8 juin, pour la Saint-Médard, qui porte quarantaine, selon l'expression consacrée ; quelques petites pluies seront guettées et souhaitées vers la fin août car elles augmentent les productions de vin et d'huile :

 

Pluejo d'avoust, tout oli, tout moust.

 

Après les vendanges, les pluies et les vents ne font aucun mal et il reste assez de beaux jours pour faire les labours et ensemencer .

 

Les mauvais temps d'automne, selon nos observateurs, laissaient présager des hivers rigoureux qui, selon leurs dires, étaient la condition essentielle des bonnes récoltes futures.

 

Cette prévision du temps, à partir de toutes ces croyances, de ces dictons, est délicate et sujette à erreurs. Ce dernier dicton en est l'illustration et s'applique à nos météos et à nos prévisionnistes d'hier et d'aujourd'hui :

 

Que vou si faire messourguié, que si fasse devinaïre de tems
Qui veut se faire menteur, qu'il se fasse devineur de temps.

 

Lou Papet (André Beaumond)
A.D.S.I.F.H.Q ( Contact 1998 )


 

© Simiane-Collongue Aujourd'hui pour demain 2006. Reproduction interdite sans l'accord écrit de l'association.

Retour en haut de page

 

RÉAGISSEZ, DONNEZ
VOTRE AVIS

PAR COURRIER

 

S.-C. A. D.
B. P. 16
 13109 SIMIANE COLLONGUE

PAR MESSAGERIE

ADHÉREZ A L'ASSOCIATION

 

Pour 2007, Télécharger
le bulletin
d'adhésion

 

  QUESTIONS  
  & OPINIONS  
 

 

( Cliquer ici)