" Une "
Rubrique


Simiane-Collongue
Aujourd'hui pour demain

 


 
Parlons-en
(IIe trimestre 2011)
 

Gens de Simiane

Amis Simianais,

Je ne sais combien de nos concitoyens savent ou savent encore que l'auteur de la statue monumentale qui accueille les usagers et les visiteurs dans le hall de l'hôtel de ville était l'un de nos concitoyens, le Simianais Léon Masson, celui-là même dont le nom a été donné en 1985 par la municipalité Siméoni à la seule salle publique qui existait alors.

Au moment où une pancarte annonce la réhabilitation tant souhaitée et demandée de cette dernière, il nous paraît bon de rééditer l'essentiel de l'hommage qui avait été rendu à l'artiste lors de sa disparition, dans Lou Gaiardet, en 1984.

Au moment aussi où l'on doit regretter de voir baptiser notre collège d'un nom totalement étranger à la commune, un nom qui n'aura jamais la notoriété d'un Mistral, d'un Alphonse Daudet, encore moins d'un Hugo et de bien d'autres. Un nom qui ne dira plus rien (dit-il encore quelque chose ?) à nos élèves et ne constituera jamais une référence pour eux. Voyez d'ailleurs notre article en page 2, à ce sujet.

Personnellement, je suis très heureux que notre revue honore des Simianais, de préférence de leur vivant mais, aussi, disparus.

Tout se tient, d'ailleurs. Pour vivre dans le présent, on a ainsi banni les traditions à Simiane. Par étroitesse d'esprit, par idéologie, on oublie trop que ce présent et le futur peuvent tirer tout leur dynamisme et toute leur force des leçons et du savoir-faire des anciens. Pour aller de l'avant, agir, pour gérer, il faut toujours les garder en mémoire.

Aujourd'hui, on oublie de dialoguer réellement avec les citoyens de la commune, de les consulter, se contentant de les informer en ne leur laissant pas de choix. On peut se demander si l'on n'en arrive pas à les oublier, même si l'on se pare du mot concertation... A quelque bord qu'on appartienne, chacun s'en rend compte depuis trop d'années.

Ce n'est pas ainsi que je conçois la conduite d'une commune.

A bientôt !

Jean Machera

 


Retour en haut de page