" Une "    
Rubrique    


 Simiane Demain
 


 
Parlons-en
(3e trimestre 2011)
 

La (basse) politique de la rumeur

Amis Simianais,

Si l'on vous accusait soudain de pédophilie ou d'avoir tenu en privé des propos racistes, quel moyen auriez-vous de prouver le contraire ? Aucun, c'est quasiment mission impossible !

C'est à ce petit jeu que s'amusent des gens qui prétendent révéler des scandales ou prétendus tels dont la divulgation est savamment orchestrée et distillée chaque jour. L'effet recherché est l'accumulation pour déconsidérer l'adversaire. Celui de droite, il n'y a pas de hasard !

Car, vous n'avez pas pu ne pas le remarquer, la campagne électorale pour les " présidentielles ", commencée dès le mois de mai 2007, bat son plein.

A ce moment-là, la gauche et les extrêmes savaient déjà que Nicolas Sarkozy était un adversaire qui avait du courage, il en avait témoigné lorsqu'il était ministre de l'Intérieur. Les réformes qu'il a ensuite entreprises, sur les retraites, sur la justice, par exemple, font bouger les choses, et souvent il était temps ! Ce qui ne plait pas à bien des personnes, à bien des corporations. Ce qui explique que beaucoup, même de droite, économistes, journalistes ou autres, prennent systématiquement position contre lui.

Il a eu aussi le courage de dire ce qu'il pense comme, notamment, de relever les défauts d'un certain nombre de journalistes. Ce qui est totalement impardonnable, n'est-ce pas ? Ils ne le lui pardonnent pas !

Plusieurs lui vouent une haine féroce, mènent contre lui une véritable guerre. Inutile de citer des noms, il suffit de regarder les plateaux de télévision où ils sont régulièrement invités. On est loin du débat démocratique… D'autant que la plupart semblent prétendre prendre la place des politiques que le peuple a élus pour diriger les affaires du pays, d'une région etc.

Aussi, je suis certain, que, comme la plupart de nos concitoyens, vous éprouvez un haut-le-cœur !

Car, il y a de quoi être indigné devant une telle avalanche de rumeurs !

Le scandale, pour moi, c'est plutôt l'envahissement des télévisions et des radios par les socialistes et leurs " primaires " à longueur de journée, de jours et de semaines.

Vouloir arriver au pouvoir n'excuse pas tout. Si la démocratie est en péril, c'est bien à cause de tous ces comportements !

Jean Machera

 


Retour en haut de page