" Une "
Rubrique


 Simiane Demain
 


 
Parlons-en
(3e trimestre 2012)
 

Les revirements,
signe d'impuissance


Amis Simianais,

Dans notre précédent numéro, je relevais que, " rarement, un président s'est trouvé confronté à une crise majeure qui n'a pas atteint seulement notre pays mais le monde entier " et " qu'en France, on oublie que grâce à Nicolas Sarkozy et au gouvernement de François Fillon, nous avons su et pu tirer notre épingle du jeu tout en sauvegardant les salaires des fonctionnaires et nos retraites. Cela ne compte pas aux yeux de certains qui éprouvent une haine en réalité irrationnelle envers le président sortant ".

Chacun sait bien que M. Hollande et le parti socialiste (ne parlons même pas du Front de gauche et de ses surenchères irresponsables) n'ont pas séduit les Français mais ont su habilement les faire tomber dans le piège d'un anti-sarkozysme primaire, ce qui ne faisait pas un programme de gouvernement.

Chacun a pu aussi s'en rendre compte seulement après quelques semaines de pouvoir : l'" état de grâce ", expression de journalistes qui se régalent de formules toutes faites, n'a pas duré.

M. Hollande avait nié la crise : il dit maintenant qu'elle est majeure et longue, car il ne s'adresse plus aux électeurs mais aux contribuables. M. Montebourg s'en était pris à la société Peugeot-Citroën dans des termes aussi puérils que violents : comme tous les ministres, il fait maintenant la cour (je veux rester poli) aux entrepreneurs. Je pourrais allonger la liste des revirements face à des réalités que l'on n'a pas voulu évoquer pendant la campagne électorale. Les Français sont-ils toujours dans un rêve enchanté ? Le matraquage des impôts que nous allons subir, la rentrée sociale promise par le Front de gauche, vont faire en sorte qu'ils sont plutôt promis à un cauchemar, hélas pour chacun d'entre nous, hélas pour la France !

Seul, M. Valls semble prendre au sérieux les menaces qui pèsent sur nous sur le plan de la sécurité et de la protection de nos valeurs républicaines. Mais, voudra-t-il et pourra-t-il aller jusqu'au bout d'une logique responsable ? On peut en douter, connaissant les socialistes, Mme Taubira, les Verts...

En ce qui concerne l'opposition et plus particulièrement l'UMP, c'est sans hésitation que notre association a décidé de soutenir François Fillon dans sa candidature au poste de président. Homme d'État qui a fait ses preuves, il nous semble en mesure de conduire une action responsable, sereine. Nous lui faisons confiance parce que je pense qu'il a les qualités pour rassembler à l'UMP toutes les sensibilités : centriste, radicale, libérale et gaulliste.

A Simiane, je le disais aussi dans le numéro précédent, il est indispensable " de rassembler les forces du centre et de la droite, sans exclusive. Je le redis : toutes les personnes qui souhaitent rejoindre notre équipe seront les bienvenues avec leurs idées pour une réflexion nouvelle, en vue d'un vrai changement à Simiane. " Nous espérons y parvenir, sinon ce changement ne sera pas possible ! A chacun de mesurer ses responsabilités.

Jean Machera

 


Retour en haut de page