Devoir de mémoire

Simiane Demain


 

5 décembre 2009
Journée nationale d'hommage
 aux victimes de la guerre d'Algérie
et des combats du Maroc et de la Tunisie

Comme chaque année, dans l'ensemble des communes, un hommage est rendu à ces victimes. Ce samedi 5 décembre 2009, les Anciens combattants de Simiane, avec leur président Antoine Sorrentino et leur vice-président Gérard Flandin, ont tenu, une nouvelle fois à répondre présents, accompagnés de Mme Mauricette Avon, représentant le Souvenir Français, Jean Machera, conseiller municipal, André Segui, ancien adjoint au maire, et Raymond Granet, ancien conseiller municipal. Ils assumaient ainsi pleinement leur devoir de mémoire.
Avant que la cérémonie, comme toujours très digne et très sobre, ne commence, Christian Dallaporta, en charge du protocole et de l'accueil, a souligné avec force combien cette journée nationale pouvait nous interpeller, à tous égards, beaucoup d'entre nous ayant, en outre, eu des amis que cette guerre et ces combats nous avaient enlevés... Leur sacrifice aurait-il été vain ?
Merci pour votre message d'espoir et de paix, M. Leweurs, et d'avoir associé toutes les victimes que nous avons eu à déplorer.
Merci au père Norbert Guillem pour son aide matérielle précieuse qui a permis d'assurer le bon déroulement de cette cérémonie.

 


 
Vue partielle de l'assistance (Photo J.-L. Flandin)

 

Message de l'Union fédérale

C'est le président Sorrentino qui a donné lecture du message (que nous a transmis Christian Dallaporta) de l'Union fédérale des associations françaises d'anciens combattants et victimes de guerre.

Si nous sommes rassemblés ici, aujourd'hui, c'est que nous voulons montrer notre volonté de ne pas oublier nos camarades tombés en Afrique du Nord de 1952 à 1964, militaires de carrière, volontaires, appelés, rappelés, maintenus, harkis et autres supplétifs.

Durant cette période de combats, plus de 24.000 soldats sont morts pour la France au Magreb.

Inaugurant le 5 décembre 2002 le monument national qui leur est dédié au cœur de Paris, le président de la République déclarait qu'ils « occupent enfin, comme leurs aînés de 1914 ou 1940, la place qui leur revient dans la mémoire de notre patrie ».

Il y eut aussi des centaines de milliers de blessés, des massacres de civils et de harkis, des larmes et des souffrances chez tous ceux et toutes celles, de souche africaine ou européenne, qui durent quitter leur terre natale.

Nous associons ces victimes dans notre mémoire comme nous les associons aussi avec les victimes des conflits antérieurs.

Quand comprendrons-nous l'inanité des guerres? Quand comprendrons-nous que la paix est la plus belle des victoires de la raison sur les passions?

Osons espérer que les jeunes s'inspirent du passé pour construire un monde meilleur, un monde solidaire et plus humain !

Message d'Avit Leweurs

Président honoraire, administrateur national

Recueillement

Puis, eut lieu le dépôt de la gerbe des A.C. de Simiane, suivie de la sonnerie aux Morts et d'une minute de silence, la cérémonie s'achevant par la Marseillaise chantée par l'assistance.