Projet "Bédouffe"

Simiane Demain

   L'appel d'offres européen    Précisions techniques
Notre tract électoral (03/28)   Commentaires 1 (06/08)   Mon quartier (07/08)   Tribune libre (12/08)   Commentaires 2 (12/09)
Dialectique primaire (01/10)   Exemple de concertation    L'OPAC   Le maire a dit   J. Machera a écrit     « Une »   Plan du site


 

 
 Conçue, élaborée sans concertation
L'opération est fortement contestée

Devant l'opposition générale et reconnaissant implicitement son erreur d'appréciation des besoins et souhaits de la population, la municipalité a décidé d'implanter la nouvelle crèche aux "Marronniers", chemin des Aires. Ce que, avec le Collectif, nous avons suggéré, parce que c'était la logique même.
Et là, ce ne sont plus 60 places qui s'avèrent nécessaires. Autre erreur d'appréciation...

9 octobre 2010


Sur le croquis, à droite, le bâtiment surligné en rose représente la crêche qui pourra accueillir 60 enfants.
En dessous, les trois bâtiments constitueraient l'établissement d'hébergement pour personnes âgées, soit 96 lits, composé d'un foyer logement (ici de couleur verte) de 40 places, sur trois niveaux ; de deux unités d'hébergement psychogériatriques, de 28 places, sur deux niveaux (couleur olive) et de deux unités d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, de 28 places, sur deux niveaux (couleur orange).
Les bâtiments bleus représentent un ensemble de 40 à 50 logements sociaux : 20 à 25 T2 en rez-de-jardin pour les personnes âgées et 20 à 25 T2 pour jeunes couples, avec ou sans enfants.
D'après document OPAC Sud, 7 novembre 2007)
.

Voir  les précisions techniques de la « Réalisation d'un projet intergénérationnel - quartier la Colombière - chemin de Bédouffe, Simiane-Collongue », lancé le 5 mai 2008 par l'OPAC au niveau européen.



Extrait du journal spécialisé Le Moniteur du 23 mai 2008 :

« L'Opac Sud vient de lancer un concours européen de maîtrise d'œuvre sur esquisse relatif à une opération de construction dans le quartier " La Colombière ", chemin de Bédouffe.

Elle comprendra :

- 52 (*) logements sociaux collectifs (R + 1) pour une surface utile (SU) minimale de 3 194 m2 et une surface habitable      (SH) d'environ 3 120 m2 ;

- un établissement d'hébergement pour personnes âgées de 96 places pour une SU d'environ 4 285 m2 ;

- une crèche de 60 places pour une Shon minimale de 750 m2 ;

- des VRD communs et privatifs, l'aménagement des espaces extérieurs, garages et places de stationnement. »

________
(*) Au cours du conseil municipal du 17 juin 2008, le maire a indiqué avoir « demandé à l'OPAC de travailler sur 40 logements sociaux ».
Le maire a d'autre part souligné que ce genre de projet demande quatre ans pour aboutir.

Avant les élections, le maire avait indiqué qu'une concertation avec les riverains interviendrait après le 21 mars. Le 26 mai, salle Léon-Masson, il a fait savoir qu'une réunion spécifique à ce projet aura lieu d'ici fin juin.

En attendant, les habitants du quartier commencent à s'organiser. Une pétition recueille déjà des signatures et une association est en voie de création. Ils sont rejoints par d'autres Simianais eux aussi inquiets d'une telle réalisation qui, à cet endroit, ancienne propriété Rigat, par la concentration dans l'espace disponible de populations diverses et, pour certaines, fragiles, va accumuler les inconvénients et les risques.

Juin 2008


 

Un collectif, dont Simiane-Collongue Aujourd'hui pour demain fait partie, a été créé en 2009.
D'autre part, l'association ADEtoile (Association de défense de l'environnement du massif de l'Etoile), qui regroupe notamment des habitants du quartier et cheville ouvrière du collectif, a déposé un recours contentieux au tribunal administratif de Marseille. La requête formulée demande l'annulation de la révision simplifiée du POS du 17 septembre 2008 qui a rendu le terrain constructible.
Le collectif demande un référendum sur l'arrêt du projet actuel, sa remise à plat et son insertion dans la démarche du PLU / Agenda 21 ; une consultation de la population et un examen de toutes les propositions ; la création d'un groupe de travail sur le projet incluant citoyens et élus. Enfin, une pétition a été insérée sur Internet.
Pour toutes précisions, nous consulter.

Octobre 2009