Simiane-Collongue Aujourd'hui pour demain
  
  
 
 Politique

 
  
C'est le 9 et le 16 mars qu'auront lieu les scrutins du premier et du deuxième tour des élections municipales...

A ces mêmes dates nous aurons aussi à voter pour élire un conseiller général.
 

Dites-nous... Jean Machera
  


 

 

Le chef de file de la liste d'intérêt communal Avenir et tradition de Simiane répond à quelques questions sur son engagement et ses ambitions pour la commune et tous les Simianais.

 

Portrait express

 

M. Machera, qui êtes-vous ?

 

- Je suis issu d'une famille d'origine italienne, installée à Marseille, où je suis né. Mais c'est à Simiane que je réside depuis 25 ans et je viens d'y fêter mes 56 ans. Je suis marié, j'ai deux enfants.

 

Professionnellement, je suis directeur de société.

 

Je suis venu à Simiane pour la première fois en 1975 et, immédiatement, j'ai été séduit par ce village et par son environnement. J'ai très vite décidé de m'y installer : en 1982, j'ai acquis un terrain dans les hauts quartiers où j'ai fait construire ma maison.

 

Passionné par la vie de la commune, je me suis engagé dans l'action locale, associative et sportive. J'ai ainsi occupé plusieurs postes dans des associations puisque j'ai été, notamment, vice-président de l'Association de défense de l'environnement, de la qualité de la vie et du patrimoine. J'en ai présidé d'autres.

 

Pendant sept ans, j'ai été dirigeant et entraîneur, notamment au Foot-ball club de Simiane, des débutants aux seniors.

 

J'ai toujours à cœur, beaucoup le savent aussi, le développement, l'épanouissement de nos associations pour lesquelles, depuis trop longtemps, les efforts consentis par la majorité municipale sont notoirement insuffisants. En politique, j'ai adhéré au RPR, puis à l'UMP. Actuellement, je préside Simiane-Collongue Aujourd'hui pour demain. Avec plusieurs amis, nous l'avons créée en 2003, parce que l'opposition de droite « brillait », par son inertie, son manque de combativité. En ce sens, d'ailleurs, certains n'hésitent pas à dire qu'elle est en partie responsable, indirectement, du surendettement de la commune. Pour ma part, j'accuse son chef de file d'avoir refusé toute discussion, d'avoir repoussé les bonnes volontés pour faire évoluer la situation, après avoir fait perdre plus de 330 voix à la droite en 2001.

 

Il ne peut le dire lui-même...

 

Voilà un homme droit, loyal, fidèle en amitié. Certes, quelques-uns n'aiment pas l'entendre leur dire directement ce qu'il pense. Mais est-ce un défaut ?

 

Par tempérament, Jean Machera est un homme d'action, qui sait prendre rapidement des décisions après s'être entouré des avis de ses amis et collaborateurs.

 

Il aime aller à la rencontre des gens. Il sait écouter et admettre d'autres points de vue que le sien. Il comprend vite, son intuition est sûre, son esprit de synthèse étonnamment efficace.

 

Il aime les échanges, il aime expliquer, faire partager ses convictions sans les imposer.

 

Il sait fédérer, motiver une équipe pour atteindre ses objectifs.

 

Par profession, Jean Machera n'aime pas rester passif mais veut obtenir des résultats positifs.

 

Par conviction, Jean Machera sait que Simiane doit et peut changer tout en conservant sa qualité de vie et l'âme du village qui font tout son charme.

 

N'est-ce pas très important pour la commune et ses habitants ?

Une ambition pour Simiane et les Simianais

 

Vous avez annoncé que vous êtes candidat à la mairie. Pourquoi ?

 

- Parce que nous sommes très nombreux à ne pas accepter la manière dont la commune est gérée et parce que nous avons de l'ambition pour elle.

 

Exemple : l'état déplorable des trottoirs et des rues depuis de nombreuses années. N'est-ce pas de l'incompétence, du laisser-aller, du mépris pour les citoyens ? C'est la gestion municipale socialiste.

 

Paver ces trottoirs, dans le centre ville, nous a coûté 200 000 euros en 2002. Cela va encore nous coûter
197 000 €. Quel gaspillage ! Qui le paye ? Nous, avec nos impôts !

 

La commune a été condamnée à payer un peu plus de 82 000 euros pour l'éviction injustifiée d'un architecte lors d'un appel d'offres. La municipalité n'en parle pas mais quelle incompétence et, à nouveau, quel gaspillage !

 

On connaît la manière dont les socialistes traitent les affaires publiques. Leur gestion se traduit toujours par un maximum d'emprunts. Ils endettent lourdement la commune et aboutissent au paiement d'intérêts très élevés. Et cela hypothèque gravement l'avenir, celui de nos enfants. Il n'y a plus aucune marge pour les investissements.

 

L'endettement actuel dépasse déjà 60 % du bugdet de la commune.

 

Le 13 décembre, le maire a annoncé différents projets. Si l'intention de ce dernier est bonne, ces projets ne sont pas chiffrés, non seulement pour les investissements nécessaires, malgré les subventions, mais aussi et surtout pour les coûts de fonctionnement.

 

Ainsi, nos impôts risquent bien d'aller jusqu'à doubler dans peu de temps !

 

Je pourrais aussi parler de la circulation, par exemple : elle est mal réglée, le stationnement souvent difficile et anarchique, rues Manéra et Guigon.

 

Le nouveau plan de circulation a pénalisé les habitants des hauts quartiers obligés de faire des détours inutiles, et les commerçants du village ainsi que, le samedi matin, les forains. D'où une baisse de fréquentation et des recettes, un manque à gagner important.

Une équipe gagnante, des moyens efficaces

 

Nous disposons d'une équipe solide, soudée, efficace, volontaire, battante, de toutes les généra-tions, qui a pour ambition de réussir.

 

Plusieurs ont déjà été adjoints au maire et ont donc eu à assumer de réelles responsabilités municipales.

 

Ils savent comment une ville est gérée et leurs compétences professionnelles leur permettent d'analyser avec acuité les actes de l'équipe municipale sortante.

 

Depuis de nombreux mois, l'équipe a beaucoup travaillé pour approfondir sa réflexion sur les problèmes que rencontrent les habitants de notre village dans leur vie de tous les jours, ainsi que sur la recherche de solutions.

 

Au fil des années, nous nous sommes dotés de moyens matériels pour nous faire entendre :

 

- la revue Le Gaiardet, qui coûte bien moins cher que le bulletin municipal, à qualité égale ;
- le site internet http://www.simianedemain.fr.,
- Simiane TV sur le site,
- la permanence. Tous les Simianais y sont les bienvenus pour nous rencontrer et dialoguer.

Que pensent les électeurs ?

 

Votre programme, votre équipe ?

 

- Le programme est prêt. La liste aussi. Nous les rendrons publics seulement dans le courant du mois de janvier.

 

Les électeurs vous donneront-ils leur approbation ?

 

- Je ne peux pas répondre pour eux mais nous avons une ambition pour notre commune. Nous souhaitons que chacun s'y sente bien. Comme je vous l'ai dit, nous voulons sauvegarder la qualité de vie et l'environnement qui font le charme et toute l'âme d'un village. Et, bien sûr, ses traditions.

 

Nous avons décidé d'agir pour rassembler, fédérer tous ceux qui partagent nos idées et qui souhaitent un vrai changement dans notre commune.

 

A notre époque, on ne peut plus se permettre de promettre tout et n'importe quoi le temps d'une campagne électorale et ne rien faire, ou presque, ensuite, jusqu'à la prochaine consultation et d'autres promesses sans suite !

 

Et, si je suis élu, ce n'est pas pour satisfaire un intérêt personnel mais pour défendre l'intérêt général de Simiane.

 

Nous faisons totalement confiance aux électeurs de Simiane. Ils peuvent aussi nous faire confiance.

 


Retour en haut de page

 

RÉAGISSEZ, DONNEZ
VOTRE AVIS

PAR COURRIER

 

S.-C. A. D.
B. P. 16
 13109 SIMIANE COLLONGUE

PAR MESSAGERIE

ADHÉREZ A L'ASSOCIATION

 

Pour 2008, Télécharger
le bulletin
d'adhésion

 

  QUESTIONS  
  & OPINIONS  
 

 

( Cliquer ici)