RÉAGISSEZ, DONNEZ
VOTRE AVIS

PAR COURRIER

Simiane Collongue
Aujourd'hui pour demain
B. P. 16
 13109 SIMIANE COLLONGUE

PAR MESSAGERIE

Simiane Collongue
Aujourd'hui pour demain



ADHÉREZ A L'ASSOCIATION
Pour 2008, Télécharger
le bulletin
d'adhésion
 

  
C'est l'âme de Simiane que nous voulons conserver.

Ici, nous vous parlons des lieux, des gens, du patrimoine, avec des entretiens, des récits.

  

Déroulez le passé...

 
 

Passé vivant  

  LES LIEUX. Notre cadre de vie, hérité d'un passé toujours présent 
  Dans chaque commune, ses amoureux aiment à rappeler ses origines et son histoire, ses caractéristiques, ses sites remarquables. Chacun y va de ses connaissances et de ses souvenirs. A notre tour de (re) dire le plaisir de vivre à Simiane...   [Lire la suite]
  LES LIEUX. La fontaine « des vaches », racontée par Denis Oléon 
  Avant la guerre de 1914, cette fontaine était installée entre deux importantes maisons du village, séparées par un vide identique à celui qui existe encore entre la station-service Thomas et Mihière, rue Vassent...   [Lire la suite]
  LES LIEUX. L'oustau et lou cabanon 
  Jadis, dans la basse Provence en général et autour du Pays d'Aix en particulier, le souci majeur de la sécurité a déterminé le plus souvent l'implantation des villages ; au sommet d'une colline, comme Mimet, au flanc d'une autre, tel Eguilles ou, comme Simiane, à l'extrémité d'un éperon rocheux, dernier promontoire d'une ligne de hauteurs, sous une tour surveillant la plaine...   [Lire la suite]  
  LES TRAVAUX ET LES JOURS. Lei Bancau, lei oulières 
  Jusqu'au milieu du XXe siècle, nos paysans simianais pratiquaient plusieurs types de culture en fonction de l'implantation géographique de leurs champs...   [Lire la suite]
  LES TRAVAUX ET LES JOURS. La source du marquis 
  Si l'origine du village se situe en 973, moment où nous avons pu constater une sédentarisation de la population autour de la source de Venel, il y eut des périodes d'effervescence et de frustration autour de l'eau...   [Lire la suite]
  GENS DE SIMIANE. Isidore Ballestra 
  « Si vous ne craignez pas le froid, suivez-moi, nous serons plus tranquilles », me dit M. Ballestra en m'indiquant le chemin : une vertigineuse descente d'escaliers en bois que je négocie avec prudence, sentant mes pieds se dérober plusieurs fois...   [Lire la suite]  
  GENS DE SIMIANE. Henri Bonnevigne 
  Ce sont les passions et non les intérêts qui mènent le monde, assurait le philosophe Alain. Ce qui est sûr, c'est qu'avec Henri Bonnevigne, nous avons affaire à un homme passionné dans tout ce qu'il fait, mais d'une grande sagesse. Il suffit d'échanger quelques mots avec lui pour s'en convaincre...   [Lire la suite]
  GENS DE SIMIANE. Paul Cayol 
  Quel supplice pour moi pendant la récréation, quand j'entendais le bruit du tracteur de mon père dans la plaine de Cavaillarde ! Il me tardait vraiment d'être au soir pour sauter sur ses genoux, et j'étais le plus heureux quand il me cédait le volant...   [Lire la suite]  
  GENS DE SIMIANE. La communauté bénédictine 
  Combien de nos concitoyens, notamment parmi les plus récemment implantés à Simiane, savent qu'il existe sur notre commune un monastère bénédictin? Deux monastères, devrions-nous dire, l'un pour les sœurs, l'autre pour les frères. C'est la communauté bénédictine de Sainte-Lioba, installée ici depuis 1966...   [Lire la suite]
  GENS DE SIMIANE. Denis Oléon 
  A 86 ans, Denis Oléon vient de nous quitter après quelques mois difficiles au cours desquels nous ne l'avons plus vu arpenter son village qu'il aimait tant. Ses obsèques ont eu lieu le 19 octobre 2006...   [Lire la suite]
  GENS DE SIMIANE. Dîtes-nous, Édouard Magnan 
  Edouard Magnan éprouve une vive passion pour la colline. Aussi, certainement, l'avez-vous déjà croisé sur l'une des routes du haut du village car, pratiquement chaque jour, «l'homme des bois», ainsi l'appellent ses filles Christiane et Simone, quitte son domicile de la rue Saint-Germain pour se diriger à mobylette vers les Putis, les Marres, les Frères ou les Coucous...   [Lire la suite]
  GENS DE SIMIANE. Jean Baptiste Penon 
  Jean Baptiste, Etienne, Honoré Penon est né à Simiane, le 23 mai 1850, dans une famille simianaise de petits artisans ; le père et le grand-père étaient cordonniers, les Penon, alliés par la mère aux Dagnan ( t ) et la grand-mère aux Pally, deux vieilles familles de cultivateurs de notre village...   [Lire la suite]
  GENS DE SIMIANE. Quelques lettres d'une autre époque 
  En plongeant un peu dans le passé de notre commune, on retrouve les préoccupations de ceux qui vécurent ici autrefois. Voici, par exemple, des correspondances qui ont dans les cent ciquante ans. Elles prêtent parfois à sourire, mais elles sont le plus souvent émouvantes...   [Lire la suite]
   DEVOIR DE MEMOIRE. Nos morts pour la France 
  Petite commune alors par le nombre de ses habitants (744 en 1914, 700 en 1939), Simiane a tout de même payé son tribut à la patrie, notamment pendant la première de ces guerres. Les familles touchées ne l'ont pas oublié, comme toutes celles de notre pays...   [Lire la suite]
  DEVOIR DE MEMOIRE. Oublier l'histoire 
  Message de l'Union fédérale des Anciens combattants, lu le 30 avril 2006 devant la stèle du parvis de l'église Saint-Pierre, à Simiane, comme dans toute la France, lors de la Journée nationale du souvenir des déportés...   [Lire la suite]
  DEVOIR DE MEMOIRE. Cérémonie du 11 novembre 2006 
  Messages du ministre délégué aux Anciens combattants et de l'Union française des associations de combattants et de victimes de guerre (U.F.A.C.)...   [Lire la suite]
  DEVOIR DE MEMOIRE. Cérémonie du 5 décembre 2006 
  Message de l'Union fédérale à la mémoire des victimes de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie...   [Lire la suite]  ">
  PATRIMOINE PROVENÇAL. Proverbes et dictons 
  Les proverbes, on le sait, témoignent de la sagesse populaire séculaire. Avec des expressions et des images différentes, beaucoup se retrouvent d'une région à l'autre, d'un pays à l'autre. Plusieurs de ceux que nous vous proposerons au fur et à mesure dans cette page sont connus de tous, en français. Mais, goûtez, dégustez en plus tout le charme de la langue provençale...   [Lire la suite]
  LETTRES DE MA FERME (1). Un trafic qui faisait un tabac 
  Au tout début du XIXe siècle, Simiane, alors Collongue, sur les bonnes terres du lieu-dit «Les Vergers», dans le quartier de Siège, avait la seule ferme de la région autorisée à cultiver du tabac sous le contrôle du gouvernement...   [Lire la suite]  
  LETTRES DE MA FERME (2). Devinaïre de tems 
  Il y a bien longtemps,  certains  de nos bergers  et paysans  étaient  joliment reconnus  comme des
« Devineurs » de temps. De nos jours, cette aptitude est devenue un métier, pratiqué sans aucune poésie par des « prévisionnistes »...   [Lire la suite]
  LETTRES DE MA FERME (3). Lou maridatge en Provenca 
  Au 19e siècle, en Provence comme dans beaucoup d'autres régions, le mariage était régi par des usages, des coutumes, un vocabulaire, des règles écrites et orales qui se sont maintenues pour la plupart jusqu'au début du siècle suivant mais qui n'ont pas résisté à la révolution sociale engendrée par la Grande Guerre de 1914-1918. Quelques-unes, orales, ont tout de même perdurées jusqu'à nos jours bien que s'effaçant peu à peu de la mémoire collective...   [Lire la suite]
  LETTRES DE MA FERME (4). Autour de la naissance, en Provence 
  Après le mariage, cérémonie quasiment toujours célébrée selon les canons, les pratiques et les comportements prônés par l'Eglise chrétienne et qui régissaient la vie de la famille, avec les modes, les usages et les rites qui l'entouraient en Provence, la suite toute naturelle est la naissance...   [Lire la suite]
  LETTRES DE MA FERME (5). Le droguier 
  Beaucoup ne le savent pas ou plus, il était une époque, pas si lointaine, où les choses étaient bien différentes, dans notre vie quotidienne... On ne vivait pas plus mal, mais c'était... différent !...   [Lire la suite]
  LETTRES DE MA FERME (6). Olivades e molin d'oli 
  Chez nous, en basse Provence, les oliviers n'étant pas très hauts, la cueillette des olives se faisait à la main et non à la gaule, ce qui pour lei olivarelles, les femmes généralement chargées de cette besogne, n'était pas la partie de plaisir que montre l'imagerie populaire sur ce sujet ; les peignes et les filets n'avaient pas encore été imaginés...   [Lire la suite]
  LETTRES DE MA FERME (7). L'olivier 
  Strabon, géographe et historien grec, devant le même paysage, quelques siècles plus tard, évoquant les habitants de notre région, notera : « Ils occupent un territoire important, couvert d'oliviers et de vignes dont les productions sont exportées par les Massaliotes jusqu'au Rhône et au delà vers le Nord... »   [Lire la suite]
  RÉCITS. Qui était saint Eloi ? (1) 
  Comme ailleurs, les appellations et les coutumes invoquent chez nous un certain nombre de saints. L'église honore saint Pierre, les hauts quartiers sont placés sous l'égide de saint Germain et nous célébrions jusqu'à il y a peu, la Saint-Eloi, notre fête votive, devenue seulement un souvenir !...   [Lire la suite]
  RÉCITS. Qui était saint Eloi ? (2) 
  Le 1er décembre 659, meurt à 70 ans, celui qui devint saint Eloi et dont les reliques reposent dans la cathédrale de Noyon. Jusqu'au milieu du siècle dernier, la fête de saint Eloi arrivait deux fois par an, les 29 juin ( date de la translation de ses reliques) et 1er décembre ( date de son décès ). Depuis, elle ont été tout bonnement rayées du calendrier civil français...   [Lire la suite]  
  SAINT-ÉLOI. Fêtes et méfaits 
  Dans notre village, ce ne sont pas les bonnes volontés qui manquent. Encore faudrait-il qu'on ne cherche pas à les décourager par une gestion discriminatoire...   [Lire la suite]
  SAINT-ÉLOI. Revivrons-nous un jour la Saint-Eloi ? 
  On peut dire que tout le village communiait dans cette fête ancestrale ! Chacun pouvait voir les habitants et leurs élus, quelles que soient leurs opinions, y participer d'une manière ou d'une autre : gaiardet, bals, concours, etc. On peut se demander quelle municipalité décidera de la faire revivre...   [Lire la suite]
  SAINT-ÉLOI. Nos traditions en péril ! 
  Dans un billet (cf. notre Bulletin n° 1 du 1er trimestre 2005), nous exprimions notre tristesse d'annoncer que, l'été, notre grande fête annuelle n'aurait pas lieu. Nous voulions pourtant croire qu'elle pourrait nous rassembler à nouveau dans un bref avenir, pour le plus grand bonheur des grands et petits...   [Lire la suite]