" Une "  /   Plan du site  
Articles de la rubrique  
 

Politiquement  incorrect ?

Simiane Demain


 

Courrier, messages

Questions et opinions

Vous avez la parole

(Extraits de notre messagerie ainsi que du Gaiardet ou Bulletin)




Adhérents, Amis lecteurs, nous reproduisons ici quelques-unes de vos réactions, dont nous vous remercions. Faites connaître votre opinion. Si c'est par écrit, précisez vos adresse et numéro de téléphone. Dites, comme plusieurs, si vous ne voulez pas que votre nom soit imprimé. Sachez que nous nous permettons de corriger les éventuelles fautes d'orthographe ainsi que, parfois, la syntaxe mais en respectant la rédaction proprement dite.

   PS. Nous n'insérons évidemment pas lettres anonymes, attaques personnelles, insultes...


Chers Amis, n'hésitez pas à réagir à nos articles. Ajoutez des informations à celles que nous publions. Nous reproduirons volontiers vos compléments (après vérification, il va de soi ).


Monsieur,

Je viens de lire une lettre enthousiasmante et nous sommes heureux d'avoir des informations sur la vie de notre village via votre site. Merci

Votre ténacité est toute à votre honneur, vos colistiers sont à vos côtés et cette continuité portera ses fruits.

J'apprécie la phrase en provençal que vous insérez sur votre site, c'est une très bonne idée, votre lettre de remerciement mentionne à la fin que vous avez été affligé mais que vous avez reçu des témoignages sympathiques et comme vous le dites, il n'est pas interdit de penser qu'il existe des gens honnêtes et humains qui sont naturellement attristés par un événement triste vous concernant. Il n'y a que les gens mauvais qui peuvent se réjouir du malheur des autres, surtout s'il s'agit d'un problème de santé.

Mes sincères salutations.

( Message du 18 mars 2008).

Merci à vous.


En surfant sur le site internet de votre association je me suis arrêté sur votre page des résultats des élections municipales.

J’ai trouvé une légère erreur concernant le score de la liste SIMIANE AVEC VOUS en 2001. Ce n’est pas 18.84%, mais 15,84% que nous avions réalisé, ce qui fait de notre progression une progression qui n’est plus légère, mais une vraie progression.

Afin que vos lecteurs n’aient pas d’informations erronées, je vous remercie de bien vouloir rectifier cette coquille.

Je vous en remercie par avance.

Recevez, Madame, Messieurs, mes salutations.

Bruno GERARA
Conseiller Municipal Sortant (message du 13 mars 2008)

Information corrigée.



BRAVO POUR LE SCORE SEREKIONESQUE! VOUS VENEZ DE COULER LA DROITE!!! MERCI M. DALLAPORTA, VOUS AVEZ A NOUVEAU SABOTE LA LISTE DU CANDIDAT QUE VOUS DITES SOUTENIR!!! (AVOUEZ LUI QU'EN CAS DE VICTOIRE VOUS COMPTIEZ LE REMPLACER COMME MAIRE PAR SEREKIAN, CE QUI DANS LE VILLAGE EST UN SECRET DE POLICHINELLE) MOI, J'AI VOTE J. MACHERA ET JE REGRETTE LA COMEDIE QUE CE FAUX COLONEL LUI A JOUE. AU 2nd TOUR JE VAIS VOTER UTILE.

P. M. (Mme) (message du 12 mars 2008)

Votre dépit est évident. Cela n'autorise pas à reprendre les ragots stupides
mais diffamatoires de vos amis. Nous ne nous abaisserons pas à leur niveau. Amitiés


Vous avez obtenu un score qui est tout à fait honorable, c'est votre première élection. En revanche Mr. Broch a fait moins bien qu'en 2001, il était à 31,94% il n'est plus qu'à 20%, il obtenait 770 voix, il en a eu cette fois 681.

Il est regrettable qu'il n'ait jamais accepté votre aide car la droite aurait fédéré ses forces et aurait sans doute gagné.

Aux responsables politiques d'en tirer les conséquences...

Bonne continuation et sachez qu'il y a de nombreuses personnes qui ont voté pour vous.

 

(message du 10 mars 2008)

Merci beaucoup pour vos félicitations.
Quel que soit le résultat, nous continuerons toujours plus déterminés. De nouveaux sympathisants, hommes et femmes, nous rejoignent et, dès le lendemain du deuxième tour, nous allons examiner les résultats, nos actions,
pour en tirer les leçons et améliorer un certain nombre de choses.
Soyez assuré que, pour nous, la véritable action commence
et nous avons quelques années pour cela.

Encore merci à vous. J.M.


Simiane, le 4 mars 2008

Monsieur le Président
Association syndicale du Pré de la Marquise
4, Le Pré de la Marquise
13109 SIMIANE COLLONGUE

Monsieur le Président

Avant le premier tour de l'élection municipale du dimanche 9 mars, je tiens à répondre à votre lettre du 1er courant au sujet du projet d'ouverture de votre lotissement sur le CD 59.

Me plaçant dans la perspective d'une victoire, que j'espère, de notre liste, je me dois de prendre une position responsable, en dehors de toute démagogie électoraliste.

Une telle ouverture a eu lieu en son temps avec la rue Paul-Cézanne, aux Oliviers, à laquelle vous faites allusion dans votre lettre du 20 novembre dernier à M. le Maire. La circulation y est importante et de nombreux conducteurs l'empruntent dans les deux sens avec une vitesse excessive. C'est l'un des inconvénients majeurs, parce que source de danger pour les personnes, notamment les enfants, qui pourraient concerner votre voie et que vous soulignez avec juste raison (1).
En face, le CD 59, barré par un monticule en remblai. Au fond, la colline du Petit Bosquet

L'ouverture sur le CD 59 ne présente aucune nécessité, aucun intérêt réel mais, de manière très certaine, des inconvénients et des dangers.
Une autre aberration, surgie dans quel cerveau ? la répartition du très large trottoir, à droite. Les piétons ont à circuler en bord de voie alors que la piste cyclable, large, longe les villas déjà construites (cachées sur la photo). Elle est empruntée par des vélos et des vélomoteurs dont certains roulent très vite. Ils risquent d'autant plus d'être renversés par les voitures qui sortent des villas et qui n'ont pas le temps de les voir arriver.

Comme vous l'avez remarqué, cette ouverture serait en outre inutile du fait de l'existence de la rue Paul-Cézanne qui permet déjà de se rendre vers l'avenue du Roussillon et les zones riveraines. Il faut noter qu'une autre voie remplit également ce rôle, au moins en partie, au lotissement Pally, à peu près à la hauteur de la gare.
J'ajouterai qu'une ouverture sur votre lotissement ne ferait qu'augmenter les risques de franchissement du rond-point en projet.

Si donc la création d'un rond-point à hauteur de votre lotissement s'avère utile en raison des flux importants de circulation arrivant de trois axes différents, l'ouverture vers votre lotissement ne présente à mes yeux aucune nécessité, aucun intérêt réel mais, de manière très certaine, des inconvénients et des dangers.
Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Jean Machera
(1) La situation est beaucoup plus préoccupante à la sortie des Oliviers (rue Paul-Cézanne) et du Clos-des-Mourgues (rue Frédéric-Mistral) sur le CD 59. Outre la visibilité relative, le flux de circulation sur ce dernier, important, incessant, la vitesse excessive, rendent cette sortie particulièrement dangereuse et nous avons dénoncé cet état de fait depuis longtemps. Mais cela ne semble pas préoccuper nos édiles actuels !


Simiane, le 4 mars 2008

Monsieur Michel CADOUX
Président
Association des co-propriétaires
Lotissement " Le Clos du Château "
24, Le Clos du Château
3109 SIMIANE COLLONGUE

Monsieur le Président,

J'ai bien reçu en son temps votre lettre du 29 janvier, postée le 13 février, par laquelle, ainsi qu'aux autres candidats aux élections municipales, dans lesquelles vous intervenez au moins en tant que co-listier, vous me soumettez quatre problèmes relatifs à votre lotissement. Je tiens, cela va de soi, à vous apporter une réponse avant le premier tour.

Ces problèmes sont du même type que ceux que nous ont soumis les habitants d'autres lotissements, avec, évidemment, des particularités pour chacun d'eux.

Si, comme je l'espère, ma liste emporte les élections municipales, ce sont naturellement des questions que la nouvelle municipalité aura à traiter. Mais vous comprendrez sans peine, je veux le croire, qu'il nous faudra étudier l'ensemble des questions soumises par les Simianais habitant ces lotissements de manière à pouvoir leur apporter, d'une part, une réponse globale de principe, d'autre part, examiner au cas par cas chacun des problèmes soulevés.

Vous pouvez compter sur nous pour examiner ces questions avec la plus grande attention et la plus grande bienveillance, et d'abord dans le souci d'une intégration complète, équitable, de tous les citoyens simianais.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Jean Machera


Simiane, le 4 mars 2008

Monsieur Jean-Claude THILL
Président de l'Association française
des diabétiques du Pays d'Aix
Le Ligourès / Place Romée-de-Villeneuve
13090 AIX EN PROVENCE

Monsieur le Président

Je viens de recevoir votre lettre du 19 février, postée le 29, et je tiens à vous communiquer la réponse qu'il m'est possible de vous donner à ce jour.

Le problème sur lequel vous attirez l'attention des candidats aux élections municipales du 9 mars est une question importante qu'il me paraît évident de devoir traiter au niveau de la communauté de communes.

En cas de victoire de notre liste, dans laquelle figurent trois personnes appartenant ou ayant appartenu à des professions médicales ou para-médicales, je m'engage à étudier ce dossier avec toute l'attention nécessaire au niveau de la CPA mais aussi de Simiane-Collongue. Je ne manquerai pas alors de reprendre contatct avec vous à ce sujet.

Cependant, d'ores et déjà, pouvez-vous me communiquer le nombre de diabétiques connus à Simiane ? D'avance, je vous en remercie.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

Jean Machera


- VOTRE LISTE est-elle apparentée au Front national, curieusement absent sur la ville?

Il est dommage que l'on n'ait pas le « trombinoscope » de tous les candidats, toutes les autres listes   l'ont fait.

  Merci de votre réponse

C. C. (Mme) (message du 23 février 2008)

En réponse à votre message du 23, notre liste, avec photographies, a déjà été publiée
sur notre site internet
http://www.simianedemain.fr/plansite.html

Il suffit de cliquer sur La liste.

Vous trouverez aussi prochainement, dans votre boîte aux lettres, cette même liste avec la photo de chacun de ses membres.

Comme le rappelle la notice qui, sur le site, figure à gauche de cette liste, la plupart des candidats sont membres de l'UMP. Une large majorité des Simianaises et Simianais membres de l'UMP en 2007 ont adhéré à ce mouvement par notre intermédiaire et, de toute manière, sont avec nous. Notre positionnement politique est donc parfaitement clair.

Pourquoi ? Parce que l’association Simiane-Collongue aujourd'hui pour demain, que je préside, a été créée en 2003 pour suppléer l'absence de toute action de la droite,
même élue, à Simiane.

Je me permets de vous rappeler l’article 2 de nos statuts :
Cette association a pour but de conduire avec toutes les personnes intéressées une réflexion sur le présent et l'avenir de Simiane-Collongue afin de défendre les valeurs républicaines, démocratiques, libérales et laïques.

Nous n’avons jamais craint d’affirmer les valeurs que nous défendons. C’est pour cela que nous avons pris une part très active dans les campagnes électorales en 2007. Nous avons toujours dit clairement qui nous sommes, ce que nous faisons ( il suffit de lire notre revue )
et n’appartenons à aucun réseau.

Aussi, aujourd’hui, n’avons-nous aucune investiture, encore moins une collection
de patronages. Car les membres de notre liste ont pour seule et première préoccupation
l’intérêt communal en combattant la gestion socialiste qui, depuis quinze ans,
a lourdement endetté Simiane sans lui apporter les services que les citoyens
sont en droit d’attendre d’une municipalité moderne.

Tout cela nous le redirons lors de la présentation publique de notre liste
et de notre programme ( déjà diffusé aux Simianais ), jeudi 28 février, à 18 h 30, salle Léon-Masson, réunion à laquelle je vous convie et où je serais heureux de faire votre connaissance.

Avec mes sentiments respectueux.

Jean MACHERA, président

- Mais alors pourquoi n'est-ce pas votre liste qui est soutenue par l'UMP, j'avoue ne pas comprendre !

C. C. (message du 25 février 2008)

Nous non plus. Ou trop bien.

Mais comme je vous l'ai dit, nous n'appartenons pas à des réseaux, occultes ou non.

Jean MACHERA

- Vous en avez dit trop ou pas assez. En tous cas cela ne m'explique en rien votre non soutien par l'UMP. Pouvez vous être plus clair, ou préférez-vous rester dans les sous entendus ? J'ai toujours trouvé la critique destructrice.

D'autre part, vous n'avez rien répondu à ma question sur le FN, pourquoi?

Ma voix dépendra de votre réponse.

Excusez-moi, je pensais pourtant avoir été clair :
la plupart de nos co-listiers sont membres de l’UMP.
Il est donc évident que nous ne sommes apparentés à aucun autre parti.

De toutes manières, comme je vous l’ai proposé, venez à notre réunion publique du 28
où vous pourrez parler avec chacun d'entre nous
et dont la préparation nous occupe beaucoup actuellement.

J. M.


- JE SERAIS RAVIE que vous me donniez votre avis sur le texte joint 1, et que vous m'expliquiez également ce que signifie « député le plus actif de France ». D'avance merci.

G. G. (message du 3 avril 2007)

1) Contre N. Sarkozy : communiqué du personnel de France 3…

Chère Madame,

Je vous remercie de nous avoir consultés à propos d'un document
que vous nous retransmettez.

Nous supposons que ce document ou, plutôt, ces deux textes reliés par un message
de transmission d'une certaine Ariane, est diffusé par une de ces chaînes d'internautes
qui se transmettent des caricatures, des articles et des opinions, plus ou moins valables,
de plus ou moins bon goût, et, actuellement, à propos de tous les candidats, sans exception.

Ce que nous ne pouvons nous empêcher de considérer comme l'expression d'une haine
qui transparaît dans le document est exactement le reflet de celle qui les vise tous. On le voit bien sur des reproductions que nous recevons et sur les multiples forums internet. Il ne faut pas oublier non plus que, parfois, l'origine est à rechercher
dans le propre camp de ceux ou celles qui sont attaqués.

Dans tous les cas, le moins qu'on puisse dire est que le niveau des interventions
est très inégal.

Notre position est qu'il ne faut pas attacher plus d'importance qu'elles n'en méritent à ce genre de choses. Entre parenthèses, disposant d'organes officiels (Le Gaiardet, site web) pour nous exprimer, nous excluons de recourir à de tels moyens, signés ou anonymes,
pour dénigrer des adversaires.

On peut penser que leur intérêt est de permettre à un certain nombre de gens de se défouler.

On peut aussi penser que leur inconvénient est que ces personnes prennent pour argent comptant ce qui (et cela concerne, encore une fois, toutes les cibles) n'est souvent que rumeur, médisance ou exagération, dont la reprise a pour résultat de les amplifier ; et, d'autre part, cela crée une émulation dans les arguments de plus en plus éloignés du bon sens et de la réalité, et, en final, une atmosphère parfois détestable entre interlocuteurs de plus en plus remontés les uns contre les autres. C'est malheureusement
l'une des caractéristiques de notre époque.

Quant au titre de « député le plus actif de France », il s'agit de celui qui résulte d'un classement publié par le magazine L'Express. Nous vous suggérons de vous rendre sur le site http://www.depute-mallie.com.

Je serais, bien sûr, très heureux, si vous le souhaitez, de vous rencontrer.

Bien cordialement,

Jean Machera (message en réponse)


- JE NE SUIS PAS DU TOUT CONVAINCUE par votre réponse "passe partout".

Ce que je vous ai fait suivre n'est pas un mail quelconque, j'en connais la source et elle est sure.

Mais je ne vous demande pas de passer du temps à me convaincre du contraire. Je suis profondément ancrée à gauche.

J'ai dû voter une fois à droite dans ma vie, il y a 5 ans pour M. Chirac. Ça n'a pas été facile. Mais malgré tout j'ai de l'estime pour Jacques Chirac, je ne peux pas en avoir pour Nicolas Sarkozy qui, je le pense sincèrement, est un dangereux mégalomane qui ne veut pas le bien de la France, mais satisfaire un égo surdimensionné. Il suffit de faire un petit tour dans son QG de campagne parisien (comme je l'ai fait la semaine dernière) pour s'en rendre compte si on ne s'en était pas aperçu avant...

Mon vote du premier tour ira à Olivier Besancenot, qui, bien qu'utopiste, est profondément humain, trés intelligent, et ne travaille pas pour son ambition personnelle.

Et pour le second tour, si nous devions par malheur nous retrouver face à un duel Le Pen/Sarkozy, cette fois mon vote sera blanc. Sinon il ira à Mme Royal ou à M. Bayrou.

G. G. (message du 6 avril 2007)

Vous connaissiez mes opinions politiques, puisque je ne les ai jamais cachées, et je vous remercie dans votre second message de m'avoir précisé les vôtres, dont je me doutais.

Aussi, croyez bien que je n'ai pas essayé de vous convaincre mais de vous dire honnêtement ce que je pense à propos du genre d'éléments que vous m'avez adressés
en me demandant mon avis.

Simplement, j'ai tenu à dire que je me méfie des prises de position, d'un côté comme de l'autre, qui ne contribuent pas à la démocratie en caricaturant, dénigrant sans preuve, témoignant d'une véritable haine, voire en insultant comme on peut le voir,
entre autres, sur de nombreux forums internet…

Pour l'histoire locale, j'ajouterai même que je n'ai pas apprécié le tract courageusement anonyme qui, récemment, à Simiane, a voulu ridiculiser une adjointe municipale.

En démocratie, si chacun doit pouvoir exprimer librement ses opinions et faire confiance à celui ou à celle qui lui inspire le plus cette confiance,
il devrait aussi respecter ses adversaires.

C'est une position que j'ai aussi exprimée à des interlocuteurs ancrés à droite. Faut-il pour autant la considérer comme passe-partout ? Mais je n'épiloguerai pas davantage.

Avec mes meilleurs sentiments.

Jean Machera (message en réponse)


J'AI ÉTÉ SURPRIS de lire dans le bulletin municipal (Ndlr. Avril 2007) un communiqué vous reprochant, en quelque sorte, d'avoir rendu compte de commémorations patriotiques à Simiane.

Quand La Provence ou France 3 réalisent des reportages sur de tels événements, sont-ils obligés de demander l'autorisation de la municipalité ou d'associations ?

R. P.

Bien sûr que non ! Soyez rassuré, nous sommes parfaitement en droit de rendre compte
de manifestations publiques sans avoir à solliciter une quelconque autorisation.

En l'occurrence, c'était pour nous un devoir de contribuer à honorer la mémoire des morts pour la France, plus généralement de toutes les victimes. Qui est contre cet hommage ?

Et, par exemple, de parler de la cérémonie du 5 décembre
en souvenir des victimes en Afrique du Nord.

Heureusement, d'ailleurs, car qui d'autre en a parlé ?
Le bulletin municipal ? Non, même pas lui !

Mais, nous ne polémiquerons pas.


- CERTAINS ÉLUS sont-ils vraiment au service des administrés? Voici ce qui s'est passé il y a quelques jours dans le village. (Ndlr. Juin 2007).

La rue Manéra, étroite à cet endroit, oblige les automobilistes à se serrer pour permettre de se croiser, manœuvre plus aisée à hauteur de la rue du Lavoir.

Un monsieur dans une 406 " bleu royal " arrivant en sens inverse s'est délibérément maintenu sur sa gauche, m'obligeant à m'arrêter. Puis, en tendant ses deux mains en avant, m'a intimé l'ordre de reculer.

Jugeant le geste peu élégant, je lui ai fait comprendre que j'avais tout mon temps et qu'il pouvait facilement se serrer sur sa droite pour me laisser passer.

Son visage a laissé exprimer son exaspération et comme, manifestement, je semblais ne pas le reconnaître, il a cru bon de m'impressionner en sortant sa cocarde d'élu afin de me prouver, selon lui, qu'il possédait toutes les qualités prioritaires sur le simple citoyen-électeur que ie suis.

Ceci a eu pour effet de me bloquer davantage car un élu représente pour moi une personne respectable au service du citoyen et certainement pas l'inverse... Je me suis obstiné encore plus dans mon attitude et " l'élu " a dû se soumettre en s'exécutant, m'adressant au passage :

- Je suis adjoint au maire, vous entendrez parler de moi et j'ai noté votre numéro..

Trouvant l'idée excellente, j'en fais part à la population en souhaitant connaître jusqu'où s'étendent les pouvoirs d'un élu tel que ce monsieur et surtout quelle décision peut être prise par un maire vis-à-vis d'un membre de son équipe dont l'attitude ne peut qu'entacher l'action munipale à l'égard des administrés. Personnellement, je saurai me souvenir du visage de cette personne dans la présentation des listes des prochaines échéances municipales pour m'aider à orienter mon vote.

D. C.

Nous transmettons à M. le Maire,
voulant espérer qu'il nous fera connaître s'il condamne cette attitude.


Dans le numéro du mois dernier, vous avez honoré la mémoire de ceux qui sont morts pour la France. Je me permets de vous adresser un grand bravo car, dans les temps qui courent, il y en a beaucoup qui n'osent pas participer à des cérémonies.

Oui, cela m'a réchauffé le cœur ! Et tant pis pour les poltrons, les coupeurs de cheveux en quatre ou en dix. Sincèrement, bravo !

Et au sujet de la repentance aussi.

Nous ne pouvons que vous dire merci. Beaucoup de Simianais nous ont fait part, comme vous, de leur satisfaction.

Il ne faut pas avoir honte du passé de la France, avec ses succès, ses erreurs, ses drames, etc. Il y a évidemment un certain nombre de choses que l'on peut beaucoup regretter, voire condamner a posteriori, mais, cela est trop facile aujourd'hui, dans une vie douillette, n'étant plus dans l'action d'époques révolues. La Révolution française, si elle a apporté de très grands changements indispensables et positifs, ne peut-elle pas, aussi, se voir imputer nombre " d'erreurs " dramatiques, la Terreur ? Mais quelle nation peut se vanter d'avoir une histoire parfaite ?

Si nous sommes là aujourd'hui, avec, quoi qu'on en dise, le bonheur de vivre dans un un tel pays, c'est grâce à tous nos ancêtres dont l'origine, comme vous le savez, est très diverse, les qualités et les défauts aussi, comme partout. Ceux qui nous invitent à battre sans cesse notre coulpe ne sont certainement pas des amis de la France.

En revanche, il va de soi, bien entendu, que la connaissance du passé doit nous permettre de ne pas renouveler les erreurs d'autrefois.

S.-C. A.D.


- Vous avez bien répondu à ceux qui s'interrogent sur la situation de la droite à Simiane. Ce que vous dites est vrai.

Il y a longtemps que j'ai ouvert les yeux sur ceux qui changent de position sans arrêt. Je vais vous dire, pour moi ce sont des opportunistes et ils ne feront jamais rien de bon. Et je ne leur ferai jamais confiance, vous pouvez en être sûrs.


- Moi non plus, je ne comprenais pas pourquoi la droite est divisée à Simiane. Mais je viens d'apprendre qu'une section UDF vient d'être créée par quelqu'un qu'on ne connaît pas à Simiane, moi en tous cas, sans doute parce que des sondages sont momentanément favorables à M. Bayrou ?

Qu'en pensez-vous ?

D. C.

Non seulement nous n'avons rien contre l'UDF, mais plusieurs de nos membres sont depuis longtemps des adhérents ou au moins sympathisants de ce parti. Ils sont venus vers nous parce qu'ils savent que nous agissons. Et ils se sentent bien chez nous. Nous partageons l'essentiel de nos idées, sans dépendre de la stratégie de tel ou tel candidat.
Nous pensons qu'il aurait mieux valu regrouper les énergies.
Les Français veulent-ils revivre une cohabitation qui handicape notre pays ? Non ! Veulent-ils retourner à la IVe ( la VIe, disent-ils ! ) République ? Non ! Veulent-ils une coalition stérile ? Non ! Ils veulent des programmes clairs, des candidats ayant une stature d'hommes ou de femmes d'Etat.
Pour notre part, afin de gagner, nous nous battons pour rassembler, malgré les inerties et les mauvaises volontés rencontrées.
A chacun de prendre ses responsabilités. Nous faisons confiance aux Simianais pour juger.


- A mon tour de vous envoyer mes encouragements. Continuez !

Comptez sur nous !


- Dans la famille, nous avons été vraiment contents de revoir Le Gaiardet. Vous écrivez des choses intéressantes pour tous. Moi, ce que j'aime le plus, ce sont les articles du Papet et d'André Beaumond. Et chaque fois, il y a du nouveau, c'est bien.

Lou Papet n'est autre que notre ami André Beaumond.
Nous l'apprécions tellement que nous l'avons nommé président d'honneur de l'association.


- Vous avez publié un texte sur la fontaine de notre cours des Héros. Serait-il possible de le traduire, parce que je n'ai rien compris ?

Plusieurs lecteurs nous ont fait la même remarque.
C'est pourquoi, nous répondons à cette demande dans ce numéro 9.
Merci à chacun de vous pour l'intérêt que vous prenez à nos articles.


- J'aime bien la citation de Sénèque que vous mettez en exergue dans votre revue et sur votre site internet : Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles, etc. J'en ai trouvé une autre assez voisine, en exergue sur je ne sais plus quel site :
             Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
C'est de Mark Twain.

G. H.

Merci. Cela traduit bien l'esprit de ceux qui veulent entreprendre,
contrairement à ceux qui se créent tout seuls des obstacles.


- Beaucoup d'entre nous, à Simiane, se posent vraiment la question : pourquoi y a-t-il deux mouvements de droite chez nous ? Qu'est-ce qui fait votre différence ? Et pourquoi ne vous entendez-vous pas ? Sincèrement, je n'arrive pas à comprendre !

Hélas ! Vous mettez le doigt sur un point très sensible. Nous regrettons profondément cette situation préjudiciable à tous. Si nous avons créé notre association, en 2003, c'est parce qu'il n'a pas été possible d'obtenir le moindre dialogue avec ceux qui sont censés nous représenter au conseil municipal. Nous pouvons le prouver publiquement, si nécessaire.

De notre côté, vous avez pu le constater, nous refusons l'inertie, nous ne voulons pas subir, nous allons de l'avant. Nous serons au rendez-vous lors des prochaines échéances électorales, très importantes pour le pays, comme nous l'avons fait lors du référendum sur la constitution européenne. Comptez sur nous !
C'est bien pourquoi beaucoup de Simianaises et de Simianais approuvent notre démarche et se rallient à nous. Nous les remercions de leur soutien et de leur concours pour bâtir notre avenir commun.


- Quand mon mari ne pourra plus conduire, je me demande comment je ferai pour aller au foyer. Nous sommes âgés et, de Chave, nous avons peur de marcher sur la route.

Les « autorités » ( !) de toutes sortes semblent sourdes aux doléances justifiées des habitants. Après le maire, nous avons écrit au président du conseil général.
Voyez le Journal des quartiers.


- Le jour de notre emménagement à Simiane, le 5 juillet, effectué par un professionnel, j'alerte le voisinage pour la gêne occasionnée par le camion imposant.

Pas de problème. Bien au contraire, nous recevons un accueil chaleureux.

Le camion occupant notre place de stationnement, nous rangeons notre voiture immatriculée dans le Morbihan sur le trottoir en haut de la route qui dépasse l'immeuble du Jabouret.

En la récupérant ensuite, j'ai la désagréable surprise d'une contravention sur le pare-brise...

Mon épouse, le lendemain, à la police municipale, explique les 1200 km de trajet, les déménageurs : rien n'y fait. Le policier municipal, courtois mais point agréable, lui explique que la loi, c'est la loi, et, pour une réclamation, qu'il faut s'adresser à l'officier du ministère public. J'ai adressé un courrier, sans succès...

Respectueux et bon citoyen, j'ai payé mon amende.

Après trois mois de vie dans le village, j'ai largement pu observer les stationnements gênants, souvent, pour la sécurité des personnes mais en aucun cas verbalisés.

Ce 10 octobre, je n'ai pu m'empécher, devant l'école, d'interroger le policier municipal.
J'ai été sidéré de ses réponses : « Nous avons des consignes des élus en ce qui concerne les contraventions, il y a des emplacements où il ne faut pas verbaliser... Allez voir directement le chef de la police ou les élus. (…) On ne doit pas verbaliser les véhicules garés en double file dans la rue Manéra car ils permettent de ralentir le flux »,je le cite.

(…) Il aurait peut-être fallu que je sois immatriculé dans les B-d-R et stationner en double file rue Manéra pour éviter d'être verbalisé...

On doit tout de même savoir faire preuve d'indulgence dans certaines situations au quotidien...

Continuez Le Gaiardet avec autant de bonne humeur et de sérieux.

PS. Je suis né à Gardanne et j'ai quitté ma belle région pendant 22 ans pour raisons professionnelles, je n'étais pourtant pas un « estranger... »

A.A.

Que disent les élus et la police ? Nous sommes prêts à publier leur réponse.


- Je n'habite pas Simiane mais, étant journaliste j'apprécie en connaissance de cause votre revue que des parents me passent et dans laquelle vous avez notamment évoqué le rôle des médias en politique, en particulier la télévision.

Aussi, si vous le permettez, je voudrais vous faire part de ce que nous savons bien dans la profession, qui éclaire pas mal de choses mais dont le public, en général, n'a pas conscience, bien que ce soit très basique. Je m'explique.

Tout d'abord, n'oubliez jamais que dès qu'une caméra est présente, les personnes filmées, quelles qu'elles soient, vous, moi, « rectifient leur position », jouent un rôle, exagèrent plus ou moins leurs sentiments ou, au contraire, se « ferment ». C'est simple : imaginez votre propre attitude, sachant qu'une télévision va vous enregistrer, même dans la rue ? N'allez-vous pas vous redresser, présenter votre meilleur profil, vous repeigner, arrêter de manger, etc. ?

Il est donc rare qu'un reportage, même anodin, ne modifie pas plus ou moins la réalité. A plus forte raison si l'on vous dit : mettez-vous comme ceci, marchez de cette façon, etc. Dans les manifestations de rue, par exemple, beaucoup crient plus fort devant les caméras, paraissent plus en colère, souffrent plus... Comme vous le savez, les « pleureuses » en rajoutent toujours. Et la télé veut des images choc.

Sans mettre en doute, bien entendu, la sincérité, la souffrance réelle.

Et je ne parle pas, bien sûr, de véritables mises en scène comme il en est qui ont été condamnées.

A plus forte raison, enfin, quand les médias sont partisans, n'est-ce pas ?

Ce que voit le télépectateur est donc souvent bien déformé.

Avec tous mes encouragements.

R. V.

Simplement, merci pour ces utiles précisions et votre soutien.


- Votre numéro du second trimestre est intéressant, les témoignages aussi, il est important que les Simianais puissent donner leurs opinions sur la question de la sécurité à Simiane.

Je pense qu'il y a un consensus général sur la question de la sécurité notamment routière. Nous prenons tous nos véhicules et voyons la vitesse exagérée pratiquée dans la commune au coeur même mais aussi sur les routes annexes près du village des Ormeaux par exemple où certains prennent des risques importants pour eux et pour les autres dès que la nuit tombe en cette période estivale, sans parler des risques que prennent les piétons et les cyclistes sur la route qui va de Siège au village...

Pour les sportifs, il n'y a pas un seul parcours sportif, certains renoncent à faire du sport dans ces conditions car il faut que cela soit un moment de détente et pas un stress supplémentaire.

Au revoir ! (Messagerie électronique)

Vous avez tout dit ! Merci à vous !


- Sur votre site, j'ai lu la réponse du maire au sujet des Frênes. Quand on pense à tout ce que le conseil général dépense et qu'il n'est même pas capable de faire de petits aménagements pour notre sécurité.

En réalité, ils doivent d'abord penser aux élections, non ?

Nous reproduisons cette réponse du maire dans ce numéro avec nos commentaires. Mais vous avez tiré vous-même une conclusion qui éclaire certainement l'un des aspects de la question.


- J'ai trouvé un tract dans ma boîte aux lettres, au village, mais tout le monde ne l'a pas eu, d'après les conversations que j'ai eues. Ils écrivent que des personnes encouragent la délation dans certains quartiers.

Est-ce que vous savez de qui il s'agit ? Est-ce que c'est vous ? Parce que vous êtes les seuls à avoir un Journal des quartiers. Mais ce n'est pas du tout ce que j'ai compris dans vos bulletins.

Bon, je sais, vous vous plaignez des automobilistes et des motocyclistes qui, entre nous soit dit, se fichent complètement des limitations de vitesse à Simiane comme de l'an quarante. Et puis aussi, par exemple, la question des poubelles. Moi, je vous donne entièrement raison.

Et puis, vous dites ce que disent beaucoup qui se sentent abandonnés, sauf, bien sûr, pour les élections. Dans le journal municipal, j'ai lu que la mairie fera une visite des quartiers au mois de septembre : mieux vaut tard que jamais, comme on dit ! Mais après, qu'est-ce qu'ils feront ? Où est la délation dans tout ça ?

J'espère que vous réagirez comme il faut !

Vous avez tout à fait raison, mais ceux qui se permettent de dire ce genre de choses feraient bien de se méfier, il pourrait s'agir là de diffamation.
Comme vous le savez, il y a les politiciens à la petite semaine, les politiciens de pacotille, les politiciens manqués que leur vocation rentrée conduit à rédiger du verbiage brumeux, même par temps clair, à une incontinence verbale qui les mène à des dérapages incontrôlés. Ils se déconsidèrent tout seuls. Laissons-les à leurs fumées !


- On vous copie, je crois : tout le monde se fend maintenant d'un proverbe, d'une citation en provençal.

Décidemment, l'imagination ou l'amour-propre n'étouffent pas certains à Simiane mais, pour vous, déjà, rien que pour cela, bravo !

A mon tour de vous dire : continuez ! (et je vous envoie mon adhésion).

Merci. Et tant mieux si l'on nous suit, cela nous donne raison.


Circulation et sécurité

- Je voudrais vous dire, je vous donne raison de critiquer les gens qui roulent trop vite à Simiane.

Je tiens à vous le dire parce que il y a eu encore un accident l'autre jour (NDLR. : vendredi 14 avril), dans la matinée et je l'ai vu en partie. Venant par le Clos du Rajol j'allais faire mes courses au Moulin et comme j'arrivais sur l'avenue j'ai sursauté. Il y a eu un grand bruit et j'ai aperçu des gens autour d'une moto renversée par terre.

Je n'ai pas honte de dire j'ai préféré rentrer chez moi, je suis très émotive depuis mon accident. (…) D'ailleurs le soir j'ai eu un cauchemar. J'étais prise dans des files de voitures qui roulaient à toute vitesse sans vouloir me laisser traverser. J'étais perdue et je devenais folle. J'ai regardé dans tous les sens pour voir si je voyais des policiers vers le cours des Héros. Il n'y en avait pas un seul. En dehors des écoles, je me demandais d'ailleurs ce qu'ils font le reste du temps.

Vous savez, un jour j'ai appelé à 17 h 30, à peu près, le numéro 06 etc. qui est sur le journal municipal : vous ne me croiriez pas : il y avait un disque qui disait : On vous rappellera ! (…)

Chère Madame,

Nous ne sommes pas des spécialistes pour analyser votre rêve. Cependant, il illustre bien ce que ressentent beaucoup de Simianais, et, souvent, la peur des voitures et des motos. Outre la vitesse excessive, chacun sait que, par exemple, quelques-uns circulent en sens interdit, sur le cours et avenue Roger-Guigon, même en plein jour. Ne parlons pas de la nuit où certains ne respectent rien ! Il y a eu des altercations et un jour il y aura peut-être des incidents graves, malheureusement. On peut se demander si le maire et les conseillers, responsables de notre sécurité, sont conscients de la situation. On dirait que non même si, dans le bulletin municipal, le maire affirme chaque fois que l'avenir à Simiane est tout rose... C'est sans doute pourquoi, nous connaissons des gens qui préfèrent aller habiter ailleurs ! C'est vraiment n'importe quoi. Ou, plutôt, n'importe rien ! C'est nul. Quant à la police, bien sûr, elle devrait se montrer davantage et, même, en permanence, dans le centre ville en particulier. Mais la question est de savoir quelles directives elle reçoit.


- J'habite les Frênes et je tiens à vous remercier d'attirer l'attention des autorités sur les dangers que nous courons, nos enfants et nous dans ce secteur. Surtout pour eux, ma femme et moi tremblons chaque jour. Continuez, car j'espère que vous serez, que nous serons, un jour, entendus. Encore, merci.

Malheureusement, en France, il faut toujours qu'un accident grave se produise pour que les prétendus responsables prennent conscience de l'insécurité.


Repas cambodgien

- Chers amis, nous avons eu le plaisir de participer dimanche au repas cambodgien que vous avez organisé. Nous vous remercions de votre accueil et vous prions de transmettre nos félicitations aux auteurs de ce repas.

G. et N. M.

- Avec ma femme, nous avons été très heureux de retrouver grâce à vous et à Alain Cayol, un coin préservé de nos campagnes. Je peux vous dire d'ailleurs que nos enfants présents ont vivement apprécié.

- Un accueil non seulement sympathique mais chaleureux, un repas délicieux et copieux, les vins, le café, les glaces, le temps, les amis, il ne manquait rien pour notre bonheur. Formidable !

M. V.

Merci.





Parmi vos réactions, la décision de donner le nom de François Mitterrand au collège a déclenché le mécontentement, voire la colère de beaucoup d'entre vous. Voici quelques-unes des réactions enregistrées, les plus mesurées. Elles se suffisent à elles-mêmes. Nous n'y ajouterons donc aucun commentaire.

Collège

- On en a marre, marre de cette glorification d'hommes politiques partisans, diviseurs, et qui, de plus, sont de mauvais exemples pour notre jeunesse.

- Des béni-oui-oui, vous avez raison. Je vais plus loin : ceux qui ont choisi ce nom ont vraiment la vue courte, et des œillères ! Il faut dénoncer ces mauvais coups (…)

- Malgré les rumeurs qui circulaient, je ne pensais pas qu'ils auraient osé choisir ce nom. Quelle pitié !

Circulation

- Je vous félicite pour votre article sur le nouveau plan de circulation.

Contrairement à d'autres qui ont l'air de vouloir ameuter les populations (mais ils s'égosillent dans le vide), vous avez fait comprendre qu'il y a une solution à trouver, que celle qui a été choisie n'est peut-être pas parfaite, mais elle a le mérite d'exister.

Il faut évidemment chercher à l'améliorer, et la valider avec le temps. D'accord pour la nécessité d'une déviation, c'est indispensable.

Décharges sauvages

- Voyez-vous, chacun de nous devrait dénoncer ceux qui agissent ainsi puisqu'ils se moquent de nous. Dans son dernier bulletin, le maire dénonce aussi ce manque de civisme mais ne semble pas exprimer une grande volonté d'agir…

Et puis…

- J'ai bien reçu le n° 3 de Simiane-Colongue Aujourd'hui pour demain que j'ai lu avec intérêt et vous en remercie.

Je vous félicite pour votre courage et vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un chèque de soutien.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs et les plus cordiaux et amicaux (la partie en italique est manuscrite).

André Niel, maire de Roquevaire
(et conseiller régional)


- Pour information, voici copie du message que j'ai adressé au député Richard Mallié :

J'ai été consterné à la lecture du dernier tract diffusé par Simiane Renouveau.

Consterné parce qu'on y apprend que tu soutiens chaleureusement cette équipe qui n'a jamais rien fait et prouvé, qui n'ose d'ailleurs plus afficher son appartenance politique, noue des alliances suspectes pour sauvegarder sa position. (…)

André Segui, 2e adjoint au maire, 1983-1989, 1er adjoint 1989-1990.

Vous n'êtes pas le seul à réagir ainsi.


- Comme aurait pu dire le Papet en binant les œillets de Galinette : « Je me régale ! ».

Oui, l'on se régale à lire vos bulletins d'information. Certains esprits forts, chagrins et « orientés » diront que vous êtes polémiques. Je pencherai davantage pour de l'objectivité : vous dénoncez le mal, vous approuvez le bien. Donc, à suivre…

 

Bien à vous et bon courage !


Merci pour votre initiative. (…) Je trouve que Simiane est complétement assoupie. Le consensus mou, c'est bien, mais il y a trop de choses qui ne vont pas. (…) Vous avez raison pour les trottoirs : scandaleux !

Hélas, mille fois hélas !


- Continuez comme cela, c'est bien. Nous avons bien l'intention de ne pas laisser le champ libre sans réagir à ceux qui adoptent des positions contraires à ce que nous estimons être l'intérêt de la France et des Français.

- Je ne suis pas toujours d'accord avec vous, mais c'est bien de dire clairement quelles sont vos idées et vos positions. Il y a la gauche et il y a la droite, le reste c'est vraiment du folklore ! (…)

C'est bien ce que nous pensons et disons.


- J'aimerai bien savoir qui se cache derrière « le Légionnaire » ?

C'est une signature collective : nos adversaires politiques, s'éclatant dans leurs « Bulles de la fontaine », en 2003, ont voulu déconsidérer les responsables de droite, en les désignant notamment sous la silhouette d'un légionnaire de 18401. Or, pour nous, c'est un honneur : qui donc peut douter de ce que nous devons aux légionnaires pour notre liberté ?

Ne vous étonnez pas si nous « habillons » certains adversaires comme ils le méritent.

1) Légionnaire de 1840 (cf. la rubrique « Militaire », dans le Grand Larousse encyclopédique -1960)


- Je ne vous trouve pas si agressifs que cela. L'agressivité ne serait-elle que d'un seul côté ? Et le sectarisme de certains ? Cela me rend malade.

Nous vous comprenons.


- Je tiens à vous remercier surtout pour les informations et prises de position que vous donnez en ce qui concerne la vie de notre commune.

Je trouve en effet que le bulletin municipal, qui doit coûter très cher, veut nous endormir. Toutes ces fêtes, ces concerts, ces repas et ces sardinades, c'est bien joli (là aussi, combien ça (nous) coûte ?) alors que nous voudrions bien savoir en détail ce que le conseil décide.

Continuez !

Merci à vous aussi.