" Une "

Journal des quartiers
de Simiane-Collongue

Edition Centre ville

Autres éditions : Bédouffe / Cavaillarde / Chemin des Vignes / Gare / Hauts quartiers / Rajol / Siège



 
 
  Centre ville  

 Accès au collège, Cimetière, Croix-de-Fer, École route de Mimet, État des rues, Horloge, Jabouret
  Malpropreté, Neige, P'tits trous, Vitesse, Salle L.-Masson / Quelques images du passé



 
   Ralentisseurs...
     Pourquoi Simiane fait-elle bande à part ?

Prenez nos deux voisines, entre lesquelles se trouve Simiane : les communes de Gardanne et de Septèmes. Quand vous les traversez, vous rencontrez plusieurs ralentisseurs.

Dans la seconde, vous renoncez même à les compter, tellement ils sont nombreux !

Et, pourtant, c'est la Route nationale 8. Certes, elle est devenue départementale. Mais, que nous sachions tous, le trafic n'a pas diminué avec son changement de statut. Les élus y sont simplement soucieux de la sécurité.

À Simiane-Collongue, le département refuserait la mise en place de tels ralentisseurs sur le cd 59 (avenue Général-de-Gaulle, notamment, pris

pour un véritable autodrome par certains). Nous ne disposons pas des chiffres du trafic, mais nous ne pensons pas que ce trafic soit plus intense chez nous, notamment en ce qui concerne les poids-lourds.

Il est, malgré tout, le prétexte avancé par la municipalité, sauf erreur, pour laisser les choses en l'état, sauf au début de la route de Mimet. C'est-à-dire permettre aux chauffards et aux inconscients de ne pas respecter les limitations de vitesse. Y compris les cars et les poids-lourds.

sans compter les véhicules de livraison, en location, qui, souvent, se distinguent particulièrement. Au risque de provoquer des accidents. En tous cas, de rendre parfois très périlleuse la traversée des piétons. La vidéo-surveillance n'y change rien.

Mais, vous le savez, tout est question de volonté, de combativité. Tout spécialement chez les élus. Vous savez aussi qu'à Simiane, ce n'est pas leur point fort… à supposer qu'ils en aient ! À moins qu'ils les cachent bien, par excès de modestie.

   Images de notre (triste) époque

   Août 2013

Les poubelles ont récemment "brûlé" au bas de l'ensemble Sévigné. Ce n'était sûrement pas un mégot qui était à l'origine de l'incendie...

   Août 2010

Décidemment, l'esthétique n'est pas un point fort chez la plupart des élus, à Simiane en particulier. Soyons honnêtes : pas seulement chez nous, ce n'est pas une raison de se consoler.

D'autant plus que la municipalité nous dit viser la "haute qualité environnementale".

Encore faudrait-il commencer par la base. Un exemple simple : ces poubelles, en plein centre ville, aux abords mêmes de la mairie et tout près de nombreux logements. C'est un peu, osons l'image, comme si vous ouvriez vos " toilettes " sur votre salle de séjour !

Sacrifice pour quel... honneur ?

Pour couronner le tout, voyez comment deux personnalités reconnues comme Jean Moulin par son action dans la Résistance, trahi, torturé par La Gestapo, et Antoine de Saint-Exupéry, écrivain, mort en mission, son avion abattu en 1944, sont chez nous " honorées " par la proximité immédiate de ces " installations ". S'ils peuvent voir le spectacle, ils doivent se dire : " Tout cela pour en arriver là ! "

Il n'est pas facile de camoufler ces engins, étape nécessaire dans l'élimination de nos déchets, de les installer dans des lieux accessibles, où le voisinage n'a pas à souffrir du bruit, comme pour les verres ou lors de la manipulation de ces " monstres ".

Inconsciemment, de tels spectacles n'incitent pas à l'optimisme !

Sous le "Sévigné", un sentiment de désolation ! (Photos du 10 juillet 2010)



   L'état des rues...

Vous ne trouvez pas l'image assez parlante ? Mais vous savez l'effet ressenti quand vous passez avenue André-Malraux à hauteur de l'école maternelle en sautant, tressautant, sursautant, bref, même si votre voiture est bien "chaussée" en pneus et amortisseurs. Elle souffre aussi, la pauvre, sans trop se plaindre ! Mais, vos passagers, à l'arrière...


Ce n'est pas la seule voie dans cet état, tout le monde le sait mais, il y a une limite à tout ! Les dénivellations sont ici importantes, brusques. Et, pour les riverains, le bruit permanent occasionné par le passage des voitures n'est certainement pas drôle, de jour comme de nuit.

   ... et la malédiction des pavés simianais

Des cahots et des bas, dit mon voisin... Je lui en laisse la plus totale responsabilité car, il faut le comprendre, le maire fait tout ce qu'il peut pour nous concocter de grands projets. Comprenez aussi qu'il n'a sans doute pas le temps de se préoccuper de l'état de nos rues. Sauf erreur, en effet, l'avenue André-Malraux est une ancienne portion déclassée du CD 59, donc de la compétence de la commune et non plus du conseil général.

Là, à droite, c'est Petit chemin de Bouc, au rond-point de la rue Alphonse-Daudet, entre la Dame-d'Argent et l'Allée-du-Roy. Ce n'est pas tout rose pour les bébés dans leur poussette ! Ni pour les mamans, bien sûr.

 

28 juin 2010

 

 

[ Retour en haut de page ]





     Salle publique à l'abandon ( Léon-Masson )
    Et la « haute qualité environnementale » ?

Chacun peut se rendre compte de l'état dans lequel se trouve cette salle fréquentée par un grand nombre de Simianais lors de réunions publiques, de manifestations diverses.

A la limite, on s'interroge sur d'éventuels risques pour les personnes présentes.

Les portes ont souffert différentes dégradations : forcées, le bois a souffert. A l'intérieur, par endroits, leur squelette est à nu. La peinture des murs date de Mathusalem, assurément, et s'agrémente de larges écailles. Certains murs montrent des lézardes.

L'étanchéité d'une fenêtre ou du toit, à proximité du rideau de séparation, est à revoir car l'eau pénètre chaque fois qu'il pleut. Ce n'est pas d'aujourd'hui ! Si vous vous rendez aux toilettes, vous avez pu constater, côté Hommes, l'état des murs : moisis. Et puis, si le distributeur de papier essuie-mains est alimenté, il n'y a pas de corbeille où le jeter...

D'autre part, quelques personnes présentes au cours de manifestations ou réunions sont loin de toujours respecter les lieux et laissent souvent des déchets. S'il y a bien une poubelle sous l'évier, peut-être faudrait-il en placer une (pas un engin affreux, bien sûr) près de la sortie.

On pourrait faire savoir qu'il faut y déposer ses papiers et autres détritus.

On devrait demander aux associations de veiller davantage au respect de ce lieu public.

N'est-il pas désolant de devoir faire de telles recommandations ?

Tout cela saute aux yeux. On voit surtout qu'il n'y a aucune direction, aucun contrôle, on laisse aller ! Y a-t-il d'ailleurs un élu responsable ?

Ce n'est pas digne d'une commune qui se voudrait moderne et se vante de " haute qualité environnementale ". Que penser alors de sa capacité à gérer un ensemble tel que le " projet Bédouffe " ?

Qui peut lui faire confiance pour cela ?

 

Avril 2010

 

 

 

 

[ Retour en haut de page ]



   Inauguration du site de la tour de l'Horloge
    ...et de la nouvelle table d'orientation

Sous un ciel maussade, une trentaine de personnes ont répondu à l'annonce de l'office de Tourisme invitant les Simianais à participer à l'inauguration du site de la tour de l'Horloge et de la nouvelle table d'orientation.

Michel Boyer, maire de Simiane, accompagné de quelques-uns de ses édiles, du président et du personnel de l'Office, a donné, à 11, h le départ du groupe par le nouvel itinéraire aménagé et fléché.

Le trajet, d'une durée effective de quinze à vingt minutes, ne présente pas de difficultés particulières par sol sec ; par contre, par temps humide comme c'était le cas ce jour-là, certaines parties du sentier, moussues, aux pierres polies par le temps, sont relativement glissantes, et il faut faire attention où l'on met les pieds, surtout au retour, lors de la descente.

Le temps passe
et repasse...

A mi-parcours, première surprise, une aire herbue vous accueille permettant à certains de souffler et, à tous, d'admirer depuis un véritable balcon sécurisé par une balustrade en bois, au-dessus de l'escarpe dominant le vieux village, un premier panorama sur les vestiges de son ancien château, l'église Saint-Pierre et toute la partie Nord de la commune.

Les promeneurs dominent légèrement le clocher et, au travers de ses ouvertures, peuvent apercevoir sa cloche frappée du millésime 1634, une des plus anciennes du canton qui, depuis près de quatre siècles, rythme la vie des Simianais, sonnant les heures, leurs joies et leurs peines, rappelant que

Le temps passe et repasse,
et les hommes
sans repasser passent.

On reprend la grimpette pour arriver au pied du monument appelé actuellement "la tour de l'Horloge", ancienne tour de guet et donjon de la première citadelle construite entre le 12e et le 13e siècle.

Cette tour, qui ne se visite pas, présente une architecture originale, pentagonale à l'extérieur, carrée à l'intérieur, option qui ne se retrouve nulle part ailleurs dans une région où, y compris la Corse, foisonnent les tours de guet, ou leurs vestiges, édifiées à la même époque pour se prémunir des invasions barbaresques.

Un paysage
exceptionnel

Là, sur ce petit plateau, pratiquement sur 360°, les visiteurs sont entourés, noyés, au cœur d'un paysage exceptionnel, galerie de différents tableaux qui constituent notre commune : le Pilon du Roi et les barres rocheuses de l'Etoile, au Sud, les collines de Peycaï à l'Ouest, la plaine aixoise au Nord avec, au loin, le piton d'Eguilles et les premiers contreforts des Alpilles ; plus à l'Ouest, l'ancien terril qui se végétalise, sentinelle de la partie industrielle de la plaine avec les cheminées de Gardanne, les volutes de vapeur d'eau des refroidisseurs de la centrale de Meyreuil, et une partie du massif de Sainte-Victoire ; au centre tout le village, avec le camaïeu de ses toitures de

tuiles et la palette de ses façades et volets aux chaudes couleurs de la Provence.

Tout cela se retrouve sur la nouvelle table d'orientation que le maire a dévoilée avec le concours de quelques enfants, et nous espérons que celle-ci résistera aux agressions du temps et, surtout... à celles des hommes.

En plus du plaisir de la balade, nous avons eu celui d'apprendre qu'au cours des deux prochaines années, avec les nouvelles techniques de réception T.V., les antennes qui défigurent cette tour, disparaîtront enfin.

André Beaumond,

La Ferme Haute, novembre 2009

 

[ Retour en haut de page ]



 
   École de filles de la route de Mimet
     Ses jours sont comptés
( 10 mai 2009 )

   L'ancienne école de filles de la route de Mimet, dont le fronton porte la date de 1880, a vécu.

Rappelez-vous : les lois Jules Ferry ont rendu l'instruction primaire obligatoire, gratuite et laïque pour les garçons et filles âgés de 6 à 13 ans dans les écoles publiques, en 1881 et 1882.

Certes, notre école, donc antérieure à ces lois, était désaffectée depuis des lustres, mais les anciennes qui l'ont fréquentée peuvent essuyer une larme. Des travaux ont commencé qui, sauf erreur, consisteront à la démolir et à construire des logements sociaux à sa place.

Si, encore, on pouvait espérer que sa façade au moins soit sauvegardée. Allons donc, il ne faut pas rêver, on a bien vu ce qui s'est passé pour la coopérative vinicole et son imposante entrée. Elle n'aurait pas supporté, nous dit-on, la démolition du reste du bâtiment.

Nous ne sommes pas experts en la matière mais il est connu que, d'une manière générale, les promoteurs préfèrent tout démolir pour reconstruire entièrement sans s'embêter à intégrer une partie d'un ancien bâtiment dans un nouvel ensemble...

Le résultat, à l'entrée principale du centre ville, c'est une façade non seulement sans aucun caractère mais encore une muraille affreuse. Que les habitants des Sarments nous pardonnent et nous espérons vivement pour eux que l'intérieur vaille mieux que l'impression donnée par l'extérieur. Certains malveillants évoquent une allure de Sing-Sing...

Les gens sont vraiment méchants ! Ils vont jusqu'à penser que, pour l'école de la route de Mimet, aucun effort ne sera fait non plus pour tenter de conserver cette façade dont il ne nous restera que le sou-

venir et des photographies prises à temps. Nous souhaitons vivement nous tromper et un démenti sera le bienvenu.

Car, ce que nous craignons beaucoup, c'est que l'autre entrée de Simiane ne soit à son tour défigurée.

Ici aussi, en effet, ce sont des logements sociaux qui sont prévus. Auxquels on peut douter très fort qu'un minimum de soin sera apporté à l'esthétique. Nous aurons à en reparler, bien évidemment !

Simple question en attendant : quelle part les Simianais, élus, hommes de l'art, simples citoyens, ont-ils prise à la conception de ce qui doit bientôt naître ici ?


[ Retour en haut de page ]



     Des p'tits trous, des grands trous...
     Trous... ouh la la !
  ( 6 mars 2009 )

Naturellement, je ne vous parle pas de celui de la Sécurité sociale ou du déficit de la France.

Question à 1 euro : selon vous, cette photo a été prise :

Où ?
1. Gardanne ?
2. Marseille ?
3. Bouc ?
Après
1. un séisme ?
2. un bombardement ?
3. des tirs de roquette ?

Si, dans chaque série, vous avez choisi une des réponses proposées, nous sommes désolés : vous avez tout faux ! Nous le sommes d'autant plus qu'elle a été réalisée chez nous, oui, à Simiane, le 6 mars 2009, avenue André-Malraux, très passante, on le sait, à quelques mètres de l'école maternelle ! Ce n'est pourtant pas faute, en ce qui nous concerne, d'avoir dénoncé la situation de nos rues depuis plusieurs années.

Encore, lors du conseil municipal, le 27 février, je l'ai redit, en demandant des réparations rapides.

Une municipalité volontariste, efficace, c'est-à-dire réactive, trouve très vite des solutions simples, peu onéreuses, mais solides, bien sûr.

Malheureusement, les réponses obtenues renvoient toujours à des programmes ultérieurs, des audits futurs, des subventions demandées, des financements en attente... On ne comprend pas pourquoi notre municipalité n'intervient pas, en tout cas très fermement, auprès de lui.

D'un côté comme de l'autre, quel laisser-aller ! Assurément, malgré tous les impôts locaux, augmentés sans cesse et dans quelles proportions ! nous n'en n'avons pas pour notre argent !!!

J.M.


 
 
 

Lire aussi Pavés, au sujet du "remplacement" de pavés par du bitume...
 
 
 

[ Retour en haut de page ]


Nota 1 : Fin mars, la municipalité a entrepris de reboucher des trous sur le territoire de la commune, y compris sur l'avenue André-Malraux, en tous cas à hauteur de la maternelle. Enfin, presque tous... Budget : 297 000 euros.
Nota 2 : Il semble, sauf erreur, que la portion du CD 59 baptisée a été déclassée et n'est plus de la compétence du conseil général.


     Malpropreté
      Avec nos impôts...
  ( 2008 - Avril 2009 )

Les citoyens, les commerçants entre autres, se plaignent : la balayeuse n'est plus passée depuis des mois.
- " Voyez vous-même : feuilles, crottes de chien, fientes de pigeons, etc. "

Ramasser quelques papiers un à un, c'est bien mais insuffisant.

Avec nos impôts, nous avons droit à un entretien minimum !

[ Retour en haut de page ]



     Neige de janvier
      Bloqués
  ( 8 janvier 2009 )

Mesuré 30 cm de neige à la Ferme haute, dans les Hauts quartiers. Depuis hier matin, 7 janvier, nous sommes pratiquement bloqués, ce que les nouveaux habitants n'ont jamais connu mais que les anciens connaissent bien.

Les quelques teméraires qui sont descendus, même simplement pour aller au village, sans chaînes ou pneus contact, ne sont pas remontés... en voiture mais... à pied. Nous puisons dans

les stocks et c'est l'occasion de faire remonter à la surface le fond des congélateurs. Cela confirme ce que j'expliquais dans un de mes articles sur Saint-Germain dont les habitants, au siècle dernier, devaient souvent, en hiver, vivre pendant des jours et des semaines en autarcie, le gel ou la neige rendant impraticable la route de Saint-Germain, leur seule voie d'accés.

André Beaumond

Il semble que l'on n'ait pas salé, ou pas suffisamment, les voies des Hauts quartiers, entre autres. En revanche, il faut remercier le personnel municipal, particulièrement la police, pour son travail et le concours apporté aux habitants en difficulté.

Jean Machera

[ Retour en haut de page ]



     Accès au collège
      Gâchis
  ( 1er trimestre 2005 )

Amorce de la déviation envisagée dans les années 1980
 

Le bâtiment du collège ( encore en construction sur nos photos ) se trouve exactement en face de l'amorce de voie et du rond-point existants. Un vrai boulevard, une des rares voies larges.
Quel dommage, quel gâchis pour la commune de ne pas en profiter !

Cet accès nécessitera une modification

de la circulation. Un « nouveau plan dont les premières esquisses ont fait l'objet d'une présentation publique » serait à l'étude.

Bien. Mais quand sera-t-il appliqué ? Dans quelques mois, la prochaine rentrée...

Les habitants des Migraniers, entre autres, s'inquiètent, craignant à juste titre de voir leur lotissement traversé par un flot de voitures, avec toute la gêne et les dangers qui en résulteront, en raison de l'étroitesse des voies et du manque de visibilité. Nous nous permettons de rappeler qu'il y a un ancien projet de déviation du CD 59 : une amorce de voie et un rond-point ont déjà été aménagés. Le but était de détourner du centre ville la circulation vers Mimet et Saint-Savournin. Nous proposons donc de prolonger cette voie qui permettrait un accès direct.

Pour notre part, pas un seul instant, nous ne donnons crédit à ce que certains se permettent de prétendre, sans doute légèrement, à savoir que le sujet serait tabou.

Le rond-point

[ Retour en haut de page ]



     Jabouret
      Verrue antédiluvienne
  ( 2e trimestre 2005 )

Les Simianais connaissent bien ce tournant en épingle à cheveux, où il est parfois difficile de garder la droite pour les voitures qui descendent vers le village.

C'est une véritable piste d'entraînement pour certains conducteurs en mal de vitesse, obligeant ceux qui arrivent en sens contraire à s'arrêter par prudence.

Il vient d'être bien amélioré lors de la construction d'un immeuble élégant, Le Jabouret : nous souhaitons à ses nouveaux occupants la bienvenue... et nous voulons leur confier toute notre désolation et notre soutien, exprimant le vœu qu'EDF ne laisse pas en place ce transformateur dont la laideur n'honore pas, au XXIe siècle, en plein centre urbain, notre «entreprise-fleuron».

Peut-être nos élus ont-ils déjà demandé à EDF de déplacer, voire, mieux, de supprimer cette verrue ? Dans cette zone, heureusement, la municipalité à fait installer des bornes sur certains trottoirs, afin d'empêcher les automobiles de s'y garer et les manœuvres pour sortir qui pouvaient être à l'origine d'accidents.

Une construction a commencé sur un terrain situé en plein virage. Des Simianais scandalisés, qui empruntent chaque jour la route de Saint-Germain, et dont certains ont exprimé leur opinion en téléphonant directement à la mairie, nous ont alerté, et nous l'avons vérifié. On aurait pu penser que la municipalité aurait fait jouer son droit de préemption pour élargir la voie à cet endroit particulièrement dangereux. Que non ! Sans doute n'était-elle pas au courant, qui sait ? Va-t-elle pouvoir, et d'abord vouloir, prendre maintenant des dispositions pour renforcer la sécurité dans ce secteur ?

 

[ Retour en haut de page ]



     Cimetière
     Où sont les passages protégés ?

A certains moments de la journée, dans les deux sens, nombre d'automobilistes ne respectent pas la limitation de vitesse. Chacun peut l'observer tous les jours. Et le danger s'accroit lorsque, à pieds, des convois mortuaires ou les participants à une cérémonie du souvenir se dirigent vers le cimetière.

Pourtant, des panneaux signalent des passages protégés. Au fait, où sont donc ces passages ? Dans la mémoire de quelques-uns, ils auraient été situés ou tel

endroit. Les souvenirs s'estompent... La photo montre leur totale absence.

Pourtant, ils sont indispensables à proximité du cimetière ainsi, d'ailleurs, que de la salle paroissiale où des Simianais se réunissent régulièrement. Est-ce trop demander qu'à Simiane l'on fasse tout simplement respecter les limitations de vitesse ?

3e trimestre 2005

 

 [ Retour en haut de page ]


Route de Mimet. Vers le cimetière


     La Croix-de-fer

Il faut laisser du temps au temps... notamment pour les études et encore plus pour les réalisations !

Oui mais, en attendant, ce carrefour reste très dangereux : manque de visibilité, voitures qui circulent sur la route de Gardanne à toute allure au lieu de ralentir en l'abordant...

Pour parer au plus pressé, une priorité à droite et/ou au moins des ralentisseurs de part et d'autre sur cette route pourraient tout de suite réduire les risques. Trop simple ?

1er trimestre 2005

 

[ Retour en haut de page ]



   Vitesse sur la route de Saint-Germain

Certains s'en donnent à coeur joie et semblent considérer la route de Saint-Germain comme un circuit de vitesse, qu'is soient automobilistes ou utilisateurs de scooters.

Etant donné le manque de visibilité en de nombreux endroits, on peut s'étonner qu'il n'y ait pas davantage d'accidents, ce que nous ne souhaitons évidemment pas.

4e trimestre 2005

 

 

 

[ Retour en haut de page ]



   Quelques images du passé

Place Fontfiguière
Les Clèdes

Le cours des Héros et la fontaine Ce qui deviendra les rues Manéra, à gauche, et Vassent

Bar de la Poste

[ Retour en haut de page ]



   Voir aussi le diaporama
Parfum de nostalgie