Vie quotidienne

Simiane Demain

"Une"   Plan du site   
Rubrique
   


 

Notre vie quotidienne, c'est aussi bien nos difficultés pour circuler sur la commune, dans le centre en particulier, que la protection de notre patrimoine, le respect des autres ou, au contraire, le manque de civisme de certains, la vitesse excessive, le bruit, ces fléaux modernes, mais aussi nos loisirs, comme la chasse, etc.
 
 
 

La circulation
en centre ville

Le plan de circulation (juin 2005) / Vous avez dit : insensé ? / La vitesse et le bruit

L'accès au futur collège

Il nécessitera une modification de la circulation. Un « nouveau plan dont les premières esquisses ont fait l'objet d'une présentation publique » serait à l'étude.

Bien. Mais quand ce plan sera-t-il appliqué ? Dans quelques mois, la prochaine rentrée... Les habitants des Migraniers, entre autres, s'inquiètent, craignant à juste titre de voir leur lotissement traversé par un flot de voitures, avec toute la gêne et les dangers qui en résulteront, en raison de l'étroitesse des voies et du manque de visibilité.

Nous nous permettons de rappeler qu'il y a un ancien projet de déviation du CD 59 : une amorce de voie et un rond-point ont déjà été aménagés. Le but était de détourner du centre ville la circulation vers Mimet et Saint-Savournin. Nous proposons donc de prolonger cette voie qui permettrait un accès direct.

Pour notre part, pas un seul instant, nous ne donnons crédit à ce que certains se permettent de prétendre, sans doute légèrement, à savoir que le sujet serait tabou.

La Croix-de-fer Route de Gardanne, 5 septembre 2005

Il faut laisser du temps au temps... notamment pour les études et encore plus pour les réalisations !

Oui mais, en attendant, ce carrefour reste très dangereux : manque de visibilité, voitures qui circulent sur la route de Gardanne à toute allure au lieu de ralentir en l'abordant...

Pour parer au plus pressé, une priorité à droite et/ou au moins des ralentisseurs de part et d'autre sur cette route pourraient tout de suite réduire les risques. Trop simple ?

1er avril 2005


Le plan de circulation de juin 2005 

Ce plan est mis en œuvre en prévision de l'ouverture du collège, à la rentrée. Beaucoup s'inquiétaient de ne voir rien d'annoncé. Et puis, tout d'un coup, nous sommes informés qu'un «plan» sera appliqué à compter du 18 juin.

Si, au cours d'un repas, la conversation semble devoir s'éteindre, parlez de la circulation : le procédé est infaillible, nous sommes tous intarissables sur le sujet ! Ainsi, ce plan, le premier appliqué à Simiane, à notre connaissance, fera énormément parler de lui.

N'étant pas, pour notre part, des opposants systématiques, nous ne pouvons que nous réjouir de voir la municipalité tenter de trouver une solution aux difficultés de la circulation dans le centre, surtout celles que l'on peut objectivement prévoir en tenant compte de l'afflux prochain, important, vers le collège, route de Gardanne. Et celui, toujours croissant, en provenance ou en direction de Mimet.

Cependant, il semble apporter quelques complications de plus qu'à l'heure actuelle, sans plan. On a pu très vite s'en rendre compte à hauteur de la Croix-de-fer et du carrefour Guigon-Héros-Manéra-route de Siège, notamment. Le sens unique imposé rue Guigon et cours des Héros a mécontenté les commerçants, en particulier, en tous cas dans leur majorité. Des pétitions ont été lancées.

L'accès au collège

Encore, avec les vacances, les effets seront réduits, mais, à la rentrée ? Ce plan devra être amélioré et adapté aux réalités de la situation.

C'est le lot de toute mesure de ce genre.

Car, de toutes manières, l'accès au collège ne nous semble pas résolu de façon satisfaisante. Aussi, nous ne pouvons que rappeler le projet tout à fait réalisable, et le plus sage, de liaison directe depuis l'avenue Général-de-Gaulle, à combiner avec le projet de déviation, indispensable, de la circulation qui ne fait que traverser Simiane.

A quand une déviation ?

Il faudra bien y arriver un jour ! Quels sont les projets de la municipalité dans ce domaine ? A-t-elle déjà procédé à des études, voire des réservations de terrains, ou envisagé des expropriations dans l'intérêt général, en liaison avec le département ?

D'autre part, il nous paraît nécessaire de limiter la vitesse avenue Général-de-Gaulle (C.D. 59), que certains ont l'air de considérer comme un autodrome, que ce soit des conducteurs d'automobiles, de camions, de fourgons et, même, d'autobus, sans oublier quelques motocyclistes.

Et, malgré les stops, la sortie des Mourgues ou de l'avenue Paul-Cézanne sur le C.D. reste dangereuse, au moins aux heures de grande circulation. Autodrome aussi, la route de Saint-Germain ! Nous avons noté l'intention de la municipalité de limiter la vitesse sur la commune : une bonne chose, mais à appliquer réellement et à faire respecter.

1er juillet 2005

Une gageure

Etablir un plan coordonné de circulation pour Simiane, afin de suppléer une voie de dégagement du village cruellement inexistante (il paraîtrait qu'un projet est prêt à se finaliser, acceptons-en l'augure) était une gageure pouvant laisser craindre de grosses difficultés en septembre, à la rentrée des classes, se combinant à la reprise de l'activité économique.

Sans être d'un optimisme béat, constatons qu'il n'y a pas eu de problèmes majeurs les vendredi 2 et lundi 5 septembre si ce n'est quelques bouchons de faible amplitude et de courte durée, dus aux ralentissements inévitables occasionnés par les élèves traversant les chaussées aux passages protégés.

A valider par le temps

Route de Gardanne, 5 septembre 2005

Trois faits expliquent la fluidité relative :

- Le nouveau collège, cette année, ne fait pas le plein de ses élèves et a étalé sur deux jours la rentrée, des 6es à la 4e. Les classes de 3e ne seront ouvertes que l'an prochain.

- Le lundi, des commerces n'étant pas ouverts, moins de monde travaille, les clients se déplacent moins. Dans des entreprises, lundi on compense la réduction du temps de travail.

- La police municipale, omniprésente aux points stratégiques, a canalisé et fait circuler les différents flots de véhicules. Qu'en sera-t-il lorsque la totalité des élèves entreront et sortiront du collège si une nouvelle voie n'est pas réalisée ? La police municipale a-t-elle les moyens de dépêcher sur le terrain, chaque jour, la moitié de ses effectifs ?

Nous ne pouvons pas encore, et ce n'est pas ici notre propos, juger de l'impact économique de ces changements de sens sur les commerces des voies concernées et dont les effets ne seront mesurables que dans quelque temps.

Nous souhaitons que cela continue à circuler mais nous restons vigilants, l'expérience devant être validée par le temps.

Rue Lambert (à g.) et avenue André Malraux (à d.)

1er octobre 2005


Vous avez dit : insensé ? 

 

Mme le Maire,
Évoquant le plan de circulation du village mis alors en place, vous écriviez dans l'éditorial du bulletin municipal de juin 2005 :

«Nous allons expérimenter ce dispositif pendant quelques mois et notamment à la rentrée scolaire avec l'ouverture du collège. Nous ferons un point sur ce qui va bien et ce qui va peut-être moins bien...»

Huit mois se sont déjà écoulés (bientôt... un an !), plus rapidement que le flot des voitures aux heures de pointe, et nous n'avons rien vu venir : ni informations, ni améliorations sensibles du plan de circulation, voire au contraire !

En tous cas, nous, usagers, voici ce que nous constatons :

Ce qui va dans le bon sens

Pour ne parler que du plan de circulation, suppression du point noir que constituait le rond point à l'entrée du Sévigné ; une nouvelle signalisation qui interdit aux véhicules venant de la Poste, de la mairie et du Sévigné de tourner à gauche en abordant l'avenue Général-de-Gaulle.

Ce qui est tout à fait insensé

Un trottoir virtuel vient d'être «implanté» sur le tronçon de l'avenue André-Malraux situé entre la rue Lambert et la route de Gardanne, et une petite partie sur cette route. Quant à la qualité de ce qui est ainsi offert aux piétons simianais pour les protéger...!!!

Quelle régression par rapport à votre temps, MM. Roussel (†), Magnan, Siméoni, Youx, Mme Kasparian, qui avez précédemment dirigé la commune !

 

Ce «trottoir» est matérialisé par une simple bande de peinture blanche sur le sol ; les piétons, particulièrement les enfants, qui empruntent cet espace faussement protégé courent donc le risque certain de se trouver face à face avec un véhicule descendant la route de Gardanne et tournant à gauche dans l'avenue Malraux en serrant son virage.

Chacun sait que dans les virages, beaucoup d'automobilistes coupent volontiers au plus court et franchissent allégrement la ligne blanche ! Ici, les autobus le font par nécessité, étant donnée l'étroitesse du carrefour !

Par ailleurs, des enfants en vélo empruntent déjà à contresens ce qu'il considèrent comme un couloir réservé. Un accident nous paraît malheureusement inévitable s'il n'y a pas, au pis aller, un véritable trottoir.

Et la question de la sécurité à la Croix-de-fer se repose avec encore plus d'acuité !

Allons ! Rectifiez vite le tir en revenant sur cette initiative malheureuse et en aménageant un vrai trottoir, en signalant efficacement la présence possible de piétons ! Sans oublier d'autres passages protégés, indispensables pour leur sécurité.

Respectueusement vôtre.

S.-C. A.D.

2 mars 2006


Si le principe d'un passage piétonnier et cycliste à travers champs pour se rendre au collège ou en revenir ne peut que recueillir l'assentiment général, on comprend mal la disproportion entre les moyens considérables mis en oeuvre si rapidement pour assurer la protection de ces champs et les moyens dérisoires utilisés, bien tardivement, on le sait, pour sécuriser le passage des piétons (la plupart très jeunes) au carrefour de la Croix-de-fer.

Y aurait-il à Simiane des zones priviligiées que la municipalité se croit un devoir de ménager davantage que d'autres ?

mars 2006


La vitesse et le bruit, nos fléaux 

 

Quittes à être accusés de délation, nous nous demandons à quoi servent les lois et réglements et qui doit les faire respecter. Les Simianais s'interrogent de plus en plus.

Exemple : chacun peut constater que certains, avec leur véhicule, s'en donnent à cœur joie, en toute impunité, alors qu'ils mettent potentiellement la vie des autres en danger. Plusieurs se régalent à faire pétarader leur machine le long de nos voies, longuement, à toute heure.

L'expression : «Mais que fait la police ? », est devenue familière et on l'emploie souvent en manière de plaisanterie.

Chez nous, à Simiane, l'expression la plus courante est : «Mais où est la police, en dehors de l'entrée et de la sortie des écoles ?»

Est-elle chargée de missions secrètes qui l'empêchent d'être visible ?

Nous n'avons absolument rien contre nos policiers municipaux : ils exécutent les directives reçues.

Première question : en reçoivent-ils ?

Deuxième question : quelles sont-elles (sans dévoiler, bien sûr, ce qui doit rester secret) ?

C'est ce que demande la population simianaise. C'est ce que ses édiles devraient lui dire.

1er octobre 2006


© Simiane-Collongue Aujourd'hui pour demain. Reproduction interdite sans l'accord écrit de l'association.